Damien Traille France Argentine 2010 - Icon Sport
 
Test-matchs

Traille : "Besoin de temps"

Traille : "Besoin de temps"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/11/2010 à 18:34 -
Par Rugbyrama - Le 23/11/2010 à 18:34
Le demi d'ouverture biarrot Damien Traille est le seul joueur de l'équipe de France à enchaîner trois titularisations consécutives pour les test-matchs de novembre. Il sait que les Bleus seront attendus dans l'animation offensive samedi contre l'Australie mais il demande de la patience.
 

Quel regard portez-vous sur l'Australie ?

Damien TRAILLE : C'est une équipe très complète qui fait partie, avec les All Blacks, des meilleures formations du moment. Ses joueurs évoluent ensemble depuis longtemps, elle a beaucoup d'automatismes et se révèle extrêmement compliquée à manoeuvrer.

Les automatismes font justement partie des principales lacunes de l'équipe de France, sur le plan offensif notamment...

D.T. : Il est déjà difficile d'en avoir en club, quand on s'entraîne ensemble toute la saison, alors je vous laisse imaginer ce que c'est quand on change d'équipe de week-end en week-end, qu'on intègre un nouveau système de jeu et que les joueurs alignés se côtoient moins... Tout cela n'est pas simple à mettre en place. Alors il faut essayer d'abord d'être le plus logiques possible et de ne pas faire n'importe quoi.

Le fait d'être aligné de nouveau avec Parra et Jauzion vous permet-il d'aborder la rencontre avec plus d'aisance ?

D.T. : Bien sûr. Contre l'Argentine, nous avons été cohérents et nous avons bien alterné le jeu mais nous avons manqué de repères, de patience et nous avons perdu trop de ballons. On s'est mis en danger. Nous-mêmes. Travailler de nouveau ensemble cette semaine permet de faire des modifications. Nous avons déjà changé des choses, dans le redistribution ou dans le placement du 9, du 10 et des trois-quarts pour éviter un maximum de déchet.

Lors de l'annonce du groupe, le staff parlait d'un problème de communication pour expliquer les problèmes offensifs rencontrés face à l'Argentine. Qu'en pensez-vous ?

D.T. : C'est ce qui ressort effectivement. Nous n'avons pas bien communiqué entre nous, ni avec les avants d'ailleurs sur certaines annonces. Contre l'Australie, il faudra aller au plus simple pour que tout le monde se comprenne facilement. Cette semaine, nous discutons beaucoup, entre trois-quarts notamment, pour essayer de trouver des solutions collectivement.

Le travail en opposition a été renforcé avant ce match contre l'Australie. Etait-ce une nécessité ?

D.T. : C'était une demande des joueurs. La semaine dernière, il y avait eu quatorze changements dans le XV de départ et une seule séance collective, alors il était normal de rencontrer des difficultés. Travailler en opposition permet de trouver des repères plus facilement et plus rapidement. Et il sera très important d'en avoir contre les Australiens.

Y aura-t-il une pression particulière sur ce dernier match ?

D.T. : Oui, parce qu'il s'agit de notre dernier match contre une équipe du Sud avant la Coupe du monde mais aussi parce que nous voulons bien conclure cette série de tests. Nous sommes attendus et nous le savons. L'équipe de France avait été critiquée après la victoire contre les Fidji mais, quand on voit que ces derniers sont allés chercher le nul au pays de Galles, cela fait relativiser... Et nous avons battu les Argentins, ce qui n'était pas arrivé très souvent ces dernières années. Certes, nous n'avons pas marqué d'essais mais il y avait eu beaucoup de changements dans l'équipe. Notre collectif a besoin de temps pour être performant. Pour ce qui est des Australiens, on sait à quoi s'attendre. Ils veulent finir sur une bonne note, mais nous aussi.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×