Test-matchs

Les Australiens critiquent l'arbitrage

Selon le sélectionneur de l'Australie Robbie Deans, les Wallabies souffrent en mêlée fermée à cause d'un arbitrage défavorable depuis plusieurs années, basé sur des préjugés qui n'ont plus lieu d'être. Il a tenu à mettre les choses au point après l'Italie et avant le test face aux Bleus.

 
Les Australiens critiquent - Rugby - Test-matchs DPPI
 

Le bilan de la mêlée australienne face à l'Italie est sans appel. Les Wallabies ont concédé six pénalités et un essai sur cette phase de jeu, véritable point noir de ce match à Florence. Mais voilà, pour Robbie Deans, le sélectionneur néo-zélandais de l'équipe d'Australie, ces sanctions contre son équipe sont le résultat d'un arbitrage peu cohérent et ces joueurs sont victimes des préjugés. Si le sélectionneur des Wallabies n'avait jamais émis la moindre critique sur les arbitres, il est monté au créneau en ce début de semaine pour éviter que son huit de devant ne soit systématiquement pris en grippe.

Une mêlée en progrès

Et l'arbitre français Christophe Berdos qui a abusé du sifflet lors de la rencontre n'est pas mis en cause par Deans : « Les arbitres ont des idées préconçues. A force d'arbitrer, ils ont tous des préjugés sur les équipes et les joueurs. Lui, il a pris des décisions basées sur la réalité et non sur des préjugés. » Il se réjouissait des sanctions prises à l'encontre de la mêlée transalpine même si cette dernière a été moins pénalisée. Mais son courroux va plus loin que cette simple rencontre. « Notre mêlée est en train de progresser et nous sommes sur le bon chemin » se justifie Deans qui veut que les arbitres prennent en compte les progrès récents de ses joueurs : « Souvent, il est facile de faire ce qui est déjà suggéré. C'est plus confortable pour les arbitres. Il est toujours intimidant et difficile pour un seul homme d'aller contre l'avis général... vous pouvez comprendre leurs sentiments. »

En sélectionneur chevronné, Robbie Deans a surtout fait cette sortie pour mettre la pression sur l'arbitre néo-zélandais Bryce Lawrence qui officiera ce samedi au Stade de France. Il est convenu que la mêlée tricolore apparaît aujourd'hui plus forte et le patron des Wallabies ne le cache pas : « Dans l'hémisphère sud, les arbitres sont effrayés à l'idée de siffler cette phase de jeu et ils contribuent à entretenir nos faiblesses au niveau international. » En revanche, il ne souhaite pas que ce rapport de force soit accentué par un arbitrage formaté. Ce qui pourrait donner un avantage certain aux Français.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |