Icon Sport

RUGBY - Taux de réussite, raclée, finances... Ce France - Nouvelle-Zélande en chiffres

Taux de réussite, raclée, finances... Le match face aux Blacks en chiffres
Par Rugbyrama

Le 14/11/2017 à 08:00Mis à jour Le 14/11/2017 à 08:42

Même si cette confrontation entre la France et la Nouvelle-Zélande ne compte pas comme un test international, cette "revanche" ne manque pas de piquant.

Depuis quand l'équipe de France n'a pas joué à Lyon ?

Le denier match de l'équipe de France à Lyon date du 11 novembre 2006 au stade de Gerland. C'est un mauvais souvenir pour les tricolores qui s'étaient lourdement inclinés sur le score de 47 à 3. Les All Blacks avaient inscrit sept essais (doublé de Sivivatu, McCaw, Carter, Smith, Rokocoko et McAlister) alors que les Français avaient dû se contenter d'un drop de... Florian Fritz. Mais ce sera la grande première des Bleus au Groupama Stadium, la nouvelle enceinte de l'Olympique lyonnais capable d’accueillir 59 000 supporters.

11 novembre 2006 - France / Nouvelle-Zélande (3-47) - Raphaël Ibañez

11 novembre 2006 - France / Nouvelle-Zélande (3-47) - Raphaël IbañezGetty Images

Qui sera le buteur de l'équipe de France à Lyon ?

La charge du tir au but devrait revenir à l'expérimenté François Trinh-Duc (61 sélections). L'ouvreur de Toulon affiche un pourcentage de réussite de 76,5 % en Top 14 depuis le début de la saison (8 pénalités réussies sur neuf tentées, et cinq transformations sur huit). Un taux de réussite bien supérieur en Coupe d'Europe où il n'a manqué qu'une seule fois la cible lors des deux premières journées (8/9).

Scott Spedding peut le suppléer dans les tentatives lointaines. Sur le banc des remplaçants, Machime Machenaud présente des statistiques de haut niveau depuis le début de la saison (92,3 % de réussite en Top 14). Enfin, Jules Plisson peut aussi buter mais son taux de réussite en Top 14 (63%) ne plaide pas en sa faveur.

Combien de non capés au coup d'envoi ?

Ce match à Lyon n'offrira pas une sélection officielle aux joueurs français et néo-zélandais. Dommage pour les néophytes qui seront nombreux à représenter pour la première fois les couleurs de leur pays. Ils seront six du côté tricolore sur la pelouse au coup d'envoi (Gabriel Lacroix, Yann Lesgourgues, Marco Tauleigne, Sekou Macalou, Malik Hamadache, Dany Priso) et un sur le banc des remplaçants (Cedate Gomes Sa).

Dany Priso (Stade rochelais), face au Stade français - 2 septembre 2017 / Top 14

Dany Priso (Stade rochelais), face au Stade français - 2 septembre 2017 / Top 14Getty Images

C'est finalement la Nouvelle-Zélande qui comptera le plus de bleus dans ses rangs avec trois titulaires (Tim Perry, Jack Goodhue, Matt Duffie) et six remplaçants (Asafo Aumua, Atu Moli, Akira Ioane, Dyllon Hunt, Mictch Drummond, Richie Mo'Unga).

Combien va rapporter ce match de semaine ?

Cette "revanche" entre Français et Néo-Zélandais est déjà une bonne affaire pour les deux équipes sur le plan financier. En effet, cette rencontre, qui devrait battre le record d'affluence de la nouvelle enceinte lyonnaise, va apporter à la FFR une recette de 2,2 millions d'euros, sans oublier 500 000 euros de droits télévisuels. Bien entendu, la fédération néo-zélandaise a négocié un cachet pour ajouter un match à sa tournée en Europe. Il serait d'un million d'euros.

0
0