Essai Israel Folau - australie lions britanniques - 22 juin 2013 - DPPI
 
Article
commentaires
Rugby Championship

Israel Folau prolonge, les Wallabies gardent leur bijou

Folau prolonge, les Wallabies gardent leur bijou

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/08/2013 à 18:33 -
Par Midi Olympique - Le 29/08/2013 à 18:33
La fédération australienne vient d’annoncer, non sans joie, la prolongation pour deux saisons supplémentaires de sa nouvelle pépite, l’ailier des Waratahs Israel Folau.
 

Les Australiens pourront continuer à lever les yeux au ciel pour admirer les passages de leur étoile filante pour les deux années à venir. Etoile filante, météore, météorite... A vrai dire, on ne sait trop comment qualifier la nouvelle sensation du rugby australien, l’ailier des Waratahs, Israel Folau. Hier treiziste (il fut le plus jeune joueur à XIII australien convoqué en sélection), il est, en seulement une saison à XV (sa première), devenu un élément central du jeu des Waratahs (huit essais en quatorze matchs, qui dit mieux ?) et international à XV. Une ascension fulgurante qui rappelle en tout point ces matériaux célestes qui, en traversant l’atmosphère, laissent derrière elles une traînée lumineuse.

La Coupe du monde dans le viseur

Courtisé par de nombreuses équipes de rugby à XIII, sa discipline initiale, Folau a donc choisi de reporter un éventuel retour aux sources: "J’ai vraiment adoré ma première année passée avec les Warathas et les Wallabies. L’année prochaine sera toute aussi excitante, et j’ai encore beaucoup à offrir. Voilà pourquoi j’ai décidé de rester", a simplement expliqué l’intéressé. Une annonce qui ne peut qu’enthousiasmer son nouveau sélectionneur, Ewen McKenzie qui, pour ses deux premiers matchs du Four-Nations, vient d’essuyer deux revers face aux terribles All Blacks. "Il dispose d’un potentiel illimité. Il a tellement de qualités naturelles...C’est un mystère. Il fait les choses d’une façon différente, et nous pouvons l’utiliser de différentes façons".

Nul ne sait de quoi Folau est capable. Lui même l’ignore. La seule chose qu’il est possible d’imaginer, c’est sa puissance de frappe une fois qu’il aura définitivement pris ses repères à XV. Une maturation qui devrait arriver d’ici à 2015, année du prochain Mondial: "Ce serait fantastique de participer à une telle aventure. Mais c’est tellement loin, et il me reste tant à faire avant d’y arriver...", glisse t-il modestement. Et pourtant... quelque chose nous dit que l’étoile filante n’a pas fini de briller de mille feux...