McCaw - Australie Nouvelle Zélande - Octobre 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Four-Nations

Pour qui les premiers Four-Nations ?

Pour qui les premiers Four-Nations ?

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 18/08/2012 à 08:30 -
Par Rugbyrama - Le 18/08/2012 à 08:30
Exit les Tri-Nations, voilà les Four-Nations et son néophyte argentin en quête d’exploit pour cette première journée en terre sud-africaine. La Nouvelle-Zélande affronte, elle, le vainqueur du dernier Tri-Nations, l’Australie. Ca promet...

Afrique du Sud-Argentine: les Pumas sur le gril

L’Argentine a toujours perdu contre l’Afrique du Sud. Pour ses débuts historiques dans le Four-Nations, occasion lui est donnée de se libérer face aux Boks. La première manche (samedi, 16h55), au Cap, s’annonce, en outre, chargée de symbolique pour ce pays d’Amérique du Sud avide de confrontations face aux pontes du rugby mondial. A la dernière Coupe du monde, les Argentins avaient cédé en quart de finale face à la Nouvelle-Zélande. En 2007, ils avaient cabossé le XV de France pour monter sur le podium international.

Aujourd’hui, ils doivent prouver que ces Four-nations, malgré des déplacements démentiels, n’est pas une hérésie. Seul le sportif sera juge de paix. Santiago Phelan, le sélectionneur argentin, se veut solennel: "L'Argentine attend depuis très longtemps cette opportunité et les six matches que nous allons jouer au cours des huit prochaines journées ont une grande importance pour nous. Beaucoup de travail a été fait pour arriver à produire du bon jeu et affronter les trois meilleures équipes du monde va nous aider à nous améliorer". La progression attendue, si elle se calquait sur l’explosion de l’empreinte écologique engendrée, signifierait que l’Argentine, loin de finir "fanny", aurait fait trépasser les Sudistes à domicile et accroché les ténors chez eux. Ce premier déplacement les confronte à une équipe sud-africaine qui s’appuie sur les mêmes forces. La cheville ouvrière de leurs succès réside dans le travail de ses éclaireurs, ceux qui, devant, ouvrent le chemin en débroussaillant l’adversaire par du combat et de l’agressivité. Les Pumas ont deux matchs pour enfin éviter la défaite face aux Boks. Car la semaine prochaine, la revanche est programmée à Mendoza, située au pied de la cordillère des Andes. Ambiance garantie.

Australie-Nouvelle-Zélande: retrouvailles après une demi-finale mondiale à sens unique

Les Australiens ne jouent-ils pas la comédie ? Ils refusent de parler de revanche pour ce premier match des Four-Nations (samedi, 12 heures). Mais, Sydney, son opéra et son pont, marque pourtant les retrouvailles entre le dernier vainqueur des Tri-Nations et le champion du monde en titre. Leur duel n’avait pas vraiment eu lieu en demi-finale mondiale, les Néo-Zélandais l’emportant confortablement (20-6). Le contexte australien ne laisse augurer rien de positif après trois victoires plus ou moins convaincantes contre le pays de Galles et, surtout, un revers historique face à l’Ecosse, à Newcastle (Nouvelle-Galles du Sud). Lors du dernier test face au XV du Poireau, Berrick Barnes avait donné la victoire aux Aussies (20-19) dans les derniers instants. Préféré à Quade Cooper, éloigné des festivités internationales depuis la Coupe du monde, il fera face à Daniel Carter, de retour après son forfait contre l’Irlande en juin pour la dernière rencontre de la tournée.

Le nouveau sélectionneur néo-zélandais, Steve Hansen, étrenne ses galons de patron dans une compétition remportée à dix reprises (sur seize éditions) par les Blacks dans son ancienne formule. Il ne se démonte pas: "Deux challenges nous attendent samedi. Le premier, c'est notre adversaire, que nous respectons clairement. Mais le second, tout aussi important, sera d'être encore meilleur que nous l'étions". Cela passe par un nouveau trophée. Face aux Wallabies, Hansen peut compter sur Sonny Bill Williams au centre qui sera associé à Ma’a Nonu, en l’absence de Conrad Smith.