Haka - afrique du sud nouvelle zélande - 6 octobre 2012 - AFP
 
Four-Nations

Carton plein des All Blacks

Carton plein des All Blacks

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/10/2012 à 19:53 -
Par Rugbyrama - Le 06/10/2012 à 19:53
La Nouvelle-Zélande, déjà assurée de remporter les Four-Nations, a assuré un sans faute en battant l'Afrique du sud à Johannesbourg (32-16).
 

S’il fallait encore que les champions du monde néo-zélandais démontrent qu’ils sont bien au-dessus des autres nations, les All Blacks l’ont prouvé tout au long de la première édition des Four- Nations. Et ce ne sont pas les Argentins, les Australiens ou encore les Sud-Africains, dernières victimes en date, qui pourront dire le contraire. Car, finalement, mis à part la relative difficulté rencontrée lors de l’ouverture du tournoi face à l’Australie (27-19) et « seulement » une marge de huit points d’avance, les coéquipiers de Dan Carter n’ont pas laissé beaucoup de chances à leurs adversaires. Après avoir résisté au match aller, les Australiens ont encaissé un humiliant 22-0 lors du retour. Et que dire du cinglant 54-14 subi par les Pumas la semaine dernière.

Ce samedi, à Johannesbourg, les Springboks ont certainement pensé que les All Blacks allaient lever le pied, déjà couronnés le week-end dernier dans les Four-Nations. Il n’en fut rien. Bien au contraire, vexés après l’ouverture du score des Boks grâce au 47e essai de Bryan Habana en test-match (12e). Le temps pour le jeune ouvreur sud-africain, Johan Goosen, de passer la transformation et une pénalité ; la machine néo-zélandaise se mettait en marche, écrasant comme souvent, tout sur son passage.

Deuxième mi-temps de feu pour les Blacks

L’Afrique du sud pourra se vanter d’avoir mené à la pause (16-12), c’était alors avant que les hommes de Steve Hansen ne réagissent en réalisant un véritable festival offensif, riche de quatre essais. Le deuxième ligne néo-zélandais, Sam Whitelock (25e), avait montré la voie en première mi-temps, imité par le demi de mêlée Aaron Smith (33e). Dès l’entame du second acte, l’inévitable centre, Ma'a Nonu (41e), donnait l’avantage au tableau d’affichage. Par la suite, la différence ne fera que grandir grâce à la botte de Dan Carter et un essai de Conrad Smith. 36-16 au final, un écart au score qui résume à lui seul l’outrageuse domination des All Blacks dans le rugby actuel.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×