Fédérale 1

Bourgoin: les joueurs, en colère, mettent le feu

Quelques jours après l'avis défavorable du CNOSF qui condamne Bourgoin à la rétrogradation en Fédérale 1, les joueurs isérois se sont réunis ce lundi matin devant le siège du club pour s'insurger contre leur direction. Rugbyrama.fr s'est procuré une photo de leur révolte.

 
Bourgoin: Gronde générale - Rugby - Fédérale 1Other Agency
 

Il y a deux semaines, le président du CSBJ, Gérard Gerbelot, affichait sa sérénité. Il faut pourtant se méfier de l’eau qui dort. Deux jours après l’avis défavorable délivré par le CNOSF, Bourgoin est rétrogradé en Fédérale 1. Des recours existent mais les joueurs ont choisi ce lundi matin de matérialiser leur rancoeur envers leur direction par une manifestation spectaculaire devant le stade Pierre-Rajon.

Une réunion est prévue ce lundi vers 15 heures entre joueurs et dirigeants, notamment avec le président Gerbelot. La teneur de cette confrontation ne présage rien de très calme, les joueurs étant usés par ce qu’ils estiment être des mensonges. «Le président va encore essayer de nous endormir. Nous n’avons rien à lui dire si ce n’est l’envie de lui mettre un poing dans la gueule. On sait qu’il va nous rassurer en racontant « Ne vous inquiétez pas, on va aller au tribunal administratif, ce n’est pas fini... » Nous, on fait notre job, on s’entraîne », livrait un joueur sous couvert d’anonymat, ce lundi matin, assurant parler au nom de la vingtaine de joueurs présents.

 

Le point de non-retour atteint

Alors qu’ils sont en vacances jusqu’à mercredi, les Berjalliens n’ont pu contenir plus longtemps leur rage. «Cela fait bien deux/trois semaines qu’on était tenté de montrer notre mécontentement. On a voulu tempérer nos humeurs tant qu’il y avait de l’espoir.» Le point de non-retour semble atteint. Ce qui explique la manifestation de ce matin au stade Pierre-Rajon. Par cette action, les Ciel et Grenat veulent marquer leur soutien à certains supporters qui commençaient à s’énerver, aux bénévoles et donateurs qui ont fait les efforts pour sauver le club.

Le soutien prend la forme de pneus brûlés devant les installations du club depuis ce lundi matin, les joueurs s’adonnant à des aller-retour à la déchetterie pour alimenter leur effusion de colère. Leur situation est peu reluisante alors que les championnats vont reprendre dans un peu plus d’un mois. «Nous n’avons pas de club. Nous sommes les premiers à pâtir de cette situation car nous nous retrouvons sans emploi», alerte le délégué des rugbymen. Alors que la situation s’est embrasée, les Berjalliens semblent résignés à trouver une issue positive pour le club et leur carrière. «On sait que ça ne va pas faire beaucoup bouger les choses» lâche-t-on dans un soupir. Et dire qu’au début du mois, le président jurait que les joueurs n’étaient pas en colère. Ce courroux tord le cou aux dernières illusions enveloppant la soi-disante sérénité du club.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |