Déception d'Antoine BURBAN et Pascal PAPE - Stade français London Wasps - 24 mai 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
European Rugby Champions Cup

Pascal Papé (Stade français): "Il nous a manqué un peu de couilles en fin de saison"

Papé: "Il nous a manqué un peu de couilles en fin de saison"

Par Gaspard Augendre
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/05/2014 à 21:01 -
Par Gaspard Augendre - Le 24/05/2014 à 21:01
Les Parisiens n’ont jamais vraiment pris la mesure de leurs adversaires cet après-midi à Jean Bouin. Un scénario que personne n’avait vraiment envisagé. Des joueurs pris dans le combat, qui n’ont pas su réagir au retour des vestiaires. Rabah Slimani et Pascal Papé, deux internationaux du pack stadiste, étaient abattus après le coup de sifflet final.

Plus que la défaite aujourd’hui, c’est une fin de saison entière qui reste sur l’estomac des Parisiens. "Il nous a manqué un peu de moelle, un peu de couilles en fin de saison. D’autres équipes ont eu des problèmes d’effectif, on ne va pas se cacher derrière les absences des uns et des autres", assène le deuxième ligne international, Pascal Papé. Son jeune coéquipier au sein du pack parisien, Rabah Slimani, ne s’explique pas vraiment le revers concédé aujourd’hui à domicile. "Je ne sais pas ce qui s'est passé, je ne suis pas dans la tête de tout le monde. Il y a peut-être eu un excès de confiance, s’interroge le pilier du XV de France. On est complètement passés à côté". "Il faut peut-être qu’on se trouve un peu moins beaux. Aujourd’hui, le casque à pointe on l’a laissé au vestiaire. Les Wasps avaient plus envie que nous, c’est eux nous qui méritent d’aller en coupe d’Europe, enchaîne Papé. Cette défaite d’un point à Londres, c’est peut-être la pire chose qui pouvait nous arriver. On a peut-être trop cru que ça pouvait passer, chez nous et avec l’appui de notre public".

Slimani: "La saison est complètement ratée"

Au crépuscule d’une saison aussi haletante qu’épuisante, difficile de distribuer les bons et les mauvais points. Joueurs comme entraîneurs, pas question de rejeter la faute sur les uns ou les autres. "Nous, les joueurs on doit se responsabiliser, c’est pas la faute des entraîneurs si on perd aujourd’hui", élude Pascal Papé. Aux dires de son manager Gonzalo Quesada, ces deux semaines passées à préparer le barrage ont été compliquées à mettre en place. La gestion de l’effectif, l’analyse tactique avant ce match retour, autant de choses qui auraient pu fonctionner. Le Stade français a longtemps eu l’occasion de réaliser la saison presque parfaite, avec un retour au premier plan qu’on attendait peut-être pas si vite. Après avoir échoué une première fois, un rattrapage leur était accordé avec ce barrage européen. Cet échec final est sans aucun doute assassin. "C’est une vraie désillusion, avoue Slimani. La saison est complètement ratée". Papé, combattant de la première heure et fervent défenseur des vraies valeurs dru rugby, regrette plus que tout la piètre dernière offerte à ceux qui s’en vont… Alain Elias, Pato Noriega, Olivier Missoup, David Attoub, pour ne citer qu’eux. "Ce soir le groupe est abattu, et on ce n'est pas une belle sortie pour ceux qui partent". 

Gérer au mieux les courtes vacances

La saison prochaine, les joueurs de la capitale disputeront une fois de plus le Challenge Européen, eux qui se voyaient vraisemblablement défier les Munstermen et autres Saracens dans leur antre de Jean-Bouin. Mais aujourd’hui les Stadistes ont montré un visage bien pâle, devant un public clairsemé. Cette ultime défaite vient, comme un coup de massue, anéantir les rêves d’Europe d’une équipe d’habitude pleine d’enthousiasme. Après la non-qualification en phases finales, cette nouvelle désillusion pourrait bien ternir les courtes vacances des joueurs du Stade Français. Le retour à l'entraînement, dans moins d'un mois, devra être géré au mieux pour permettre à l'équipe de repartir sur de bonnes bases en août prochain. Tout n'est pas à jeter dans la saison parisienne, loin de là. La fin, en revanche, est à oublier. Et vite. Pascal Papé, franc du collier et souvent dur avec les siens, a bien compris l’enjeu d’un rebond immédiat des siens, après des vacances somme toute bien méritées. On lui laissera donc le mot de la fin. "J’ai malgré tout l’envie d’être positif. On a une jeune équipe, avec du talent. Il nous manquait peut-être un peu d’expérience, mais je crois qu’au lendemain de cette saison, avec toute cette frustration, on en a engrangé de l’expérience". Rendez-vous est pris le 16 août pour la reprise du Top 14. 

Deception Jules PLISSON - Stade français London Wasps - 24 mai 2014
Deception Jules PLISSON - Stade français London Wasps - 24 mai 2014 - Icon Sport