Eric Escande lors de ses débuts avec Toulon face au Racing - Aout 2014 - Icon Sport
Champions Cup

Montpellier, Galthié, Wilkinson, diplôme d'entraineur... voici Eric Escande (Toulon)

Montpellier, Galthié, Wilkinson, diplôme d'entraineur... voici Eric Escande
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/01/2015 à 15:10 - Publié le 13/01/2015 à 14:28
Par Fabrice Michelier - Le 13/01/2015 à 15:10

Arrivé à l'intersaison en provenance de Montpellier, Eric Escande (22 ans) se fait une place dans l'effectif toulonnais. Après un entrainement intense en compagnie de Pierre Mignoni et des autres demi de mêlée du RCT, il s'est offert quelques minutes face aux perches pour travailler son jeu au pied. Avant de nous rejoindre.

Montpellier en fil rouge

Un Montpelliérain à Toulon. En juin dernier, Eric Escande posait valises et crampons dans le Var, à 230 km de son Hérault natal. Le demi de mêlée quittait alors le MHR pour s'engager avec le RCT. Un changement d'univers et de vie. "A 21 ans, tu te retrouves un peu seul. Tu n'as plus tes amis d'enfance, mais ça permet de voir autre chose et de grandir", explique-t-il. Son intégration est progressive. En concurrence avec Sébastien Tillous-Borde et Mickael Claassens, il grappille les minutes en match lors de la première partie de saison, "à mon poste, il faut un temps d'adaptation. Je pense désormais avoir assimilé ce que l'on me demande", plaide-t-il. Et quand la chance se présente, il faut la saisir. En début d'année, c'est donc à... Montpellier que le staff toulonnais choisit de le titulariser à la mêlée. Jusque-là, l'ancien du MHR n'avait démarré qu'un seul match, à Castres, mais au poste de demi d'ouverture. "Cette rencontre était importante pour valider tout ce que je travaille et les efforts que je fais depuis que je suis arrivé. C'était également l'occasion de me rassurer", poursuit-il. Et pour se rassurer, rien de mieux que d'être "à la maison". "J'ai tout vécu là-bas. Mais la page est tournée", assure le garçon.

Galthié: une relation fusionnelle

Son histoire avec le rugby, commence dès l'âge de 3 ans. "Je suivais mon père (Jean-François, ancien joueur et entraineur à Montpellier NDLR). J'avais constamment un ballon entre les mains", se souvient Eric Escande. Il entre ensuite à l'école de rugby du MHR jusqu'à l'âge de 9 ans. "J'ai fait une saison au RC Jacou. Je voulais jouer avec mon cousin Enzo Selponi. On s'est bien régalé cette année là", sourit le demi de mêlée. Après cette parenthèse, il reprend ses classes à Montpellier jusqu'à l'équipe première. "C'est Fabien (Galthié) qui m'a lancé", révèle-t-il. Au moment d'évoquer son ancien entraineur, le ton est plus sérieux. Beaucoup d'émotion et de respect perlent dans ses mots. "On avait une relation particulière. Je ne peux même pas la définir. C'était assez fusionnel". Le numéro neuf précise: "Parfois, ça pouvait être tout noir: il pouvait m'engueuler, me descendre comme jamais... du coup j'étais énervé contre lui et je ne voulais plus le voir. Mais quelques jours après, c'était oublié. Il m'a beaucoup apporté. Heureusement que je l'ai eu tôt, il m'a bien préparé et formaté au haut niveau. Je suis reconnaissant". Eric a forcément été touché au moment de voir son mentor mis à l'écart du MHR. "Il ne faut pas oublier ce qu'il a fait en 4 ans, où il a pris Montpellier et où il l'a porté. Sans lui, un entraineur comme Jake White ne serait jamais venu dans ce club".

Eric Escande sous les couleurs de Montpellier - Juillet 2013
Eric Escande sous les couleurs de Montpellier - Juillet 2013 - Icon Sport

L'apprentissage aux côtés de Wilkinson

S'il a laissé Galthié en rejoignant Toulon, Escande a trouvé une autre personnalité du côté de Mayol. Un certain Bernard Laporte. "Ils sont différents, mais tous les deux très charismatiques", assure-t-il, avant de révéler ce qui est craint par tous ceux qui croisent l'ancien sélectionneur du XV de France: les séances vidéo. "Parfois, il faut serrer les fesses. Quand tu fais une connerie et qu'à la vidéo c'est flagrant, tu sais qu'il ne va pas te louper. Mais ça permet de se rendre compte de ses erreurs. Ce qui est bien c'est qu'il fait ça avec tout le monde". Mais à Toulon, Laporte n'est pas le seul à partager son expérience avec le minot. Pierre Mignoni, ancien demi de mêlée et entraineur des trois-quarts, conseille l'ancien Montpelliérain et l'aide à progresser. Tout comme Jonny Wilkinson. "On travaille le jeu au pied ensemble, en particulier le but. Il m'a apporté une façon de travailler très rigoureuse que je n'avais pas. C'est ce qui me manquait pour franchir un palier au niveau du but. Il a la faculté d'expliquer les choses et de t'apprendre de façon simple. Avec lui tu ne peux que progresser. Je me trouve chanceux de pouvoir bénéficier de ses services".

En formation pour devenir entraîneur

C'est peut-être au contact de Wilkinson qu'Eric Escande a décidé de passer ses diplômes d'entraineur. A 22 ans, aujourd'hui, il s'est lancé dans l'obtention d'un DE. "Ça permet d'entrainer jusqu'en Fédérale 1", évoque-t-il. "Je le fais maintenant, car en dehors du rugby je n'ai pas d'autres contraintes. Ma fin de carrière est encore loin, je ne sais pas ce que je ferai plus tard, mais c'est toujours ça de pris". Chaque lundi soir, il pose son maillot de joueur pour endosser celui de coach. Il encadre les trois-quarts du pôle espoir du RCT pour les skills et la technique individuelle. "J'essaie de transmettre ce que l'on m'apprend. A mon poste, on est bien placé pour retranscrire le jeu. Être dans cette formation permet de s'ouvrir et de gagner en maturité. En expliquant, ça me donne également l'occasion de visualiser les choses autrement". Après six mois à Toulon, l'ancien Montpelliérain semble avoir définitivement pris ses marques dans son nouveau club. Et contrairement à ce qui a pu être évoqué à un moment, Escande compte bien aller au bout de son engagement avec le RCT (2017). "Je m'épanouis et je me sens bien ici. Et si ça continue jusqu'au terme, pourquoi ne pas prolonger l'aventure", conclut-il.

Eric Escande, demi de mêlée de Toulon
Eric Escande, demi de mêlée de Toulon - Icon Sport
0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×