Icon Sport

Champions Cup - Toulouse-Glasgow (19-11) - Toulouse, une victoire et puis c'est tout !

Toulouse, une victoire et puis c'est tout !

Le 07/12/2014 à 18:43

Très brouillon et perturbé par des Ecossais très indisciplinés, Toulouse a assuré le strict minimum en battant Glasgow (19-11) et prend la tête de la poule 4.

On a frôlé l’incident diplomatique à Ernest-Wallon. La victoire était acquise depuis plusieurs minutes pour les Toulousains qui ont cherché à creuser un écart plus confortable. On pensait les Warriors sortis du match, avant que Matawalu ne se joue de la défense adverse, pour aller inscrire un essai… clairement entaché d’un en-avant sur la dernière passe. L’arbitre du match, pourtant bien placé, accordait cinq points aux Ecossais sans même consulter la vidéo. Heureusement pour les hommes de Novès, la transformation sera manquée et Glasgow repart sans bonus défensif. La seule bonne opération de la soirée pour Toulouse qui a fait preuve d'un trop gros déchet dans son jeu (19-11). Mais cette victoire, la troisième de rang, lui offre la tête de la poule 4. 

19-6 à vingt minutes de la fin du match, il n’y avait plus qu’à pousser encore, et empocher une victoire confortable. Mais comme tout au long du match, Toulouse s’est heurté à une solide équipe écossaise, qui, on le rappelle, n’a perdu qu’à trois reprises depuis le début de la saison. Les Warriors ont même dominé une bonne partie de la première mi-temps, en campant dans les 22m toulousains pendant de longues minutes. Mais sans jamais concrétiser. Glasgow n’a d’ailleurs jamais mené lors de ce match. Une domination stérile, au cours de laquelle les joueurs de Greg Townsend ont laissé pas mal de plumes.

Russell se trompe, Bézy assure

Finn Russell planait sur la première mi-temps. Impérial dans son jeu au pied, bon animateur, le jeune ouvreur écossais était bien parti pour donner du fil à retordre à ses adversaires. Avant de s’oublier. Après un plaquage cathédrale à retardement sur Doussain (36e), il quittait ses coéquipiers pour dix minutes. Russell a bien aidé les Toulousains. Une pénalité de Bézy qui portait le score à 6-3, puis une autre (40e) juste avant la mi-temps. Dès le retour des vestiaires, les Ecossais toujours à 14, encaissaient un essai après un joli jeu au pied rasant de Doussain. Sur le renvoi, le ballon était récupéré au sol par Nyanga. Jean-Marc Doussain, bon pied bon œil, avait vu que le troisième rideau adverse était dégarni. Médard aplatissait, Bézy transformait (41ème). Un 13-0 assassin en moins de 10 minutes, le match était plié.

De son côté, Sébastien Bézy a réalisé un sans faute. Un 100% au pied, mais surtout une animation parfaite. Quand ses coéquipiers peinaient à faire la différence au large, le jeune demi de mêlée a su réorienter l’attaque des siens autour des rucks, s’engouffrant dans plusieurs brèches. Tekori - trois contests cruciaux ce dimanche - et Johnston, omniprésents, suivaient leur protégé dans toutes ses initiatives. Les Ecossais, qui pensaient souffler après le retour de Russell, découvrirent ensuite ce qu’on appelle un banc toulousain. Fritz, Huget, Dusautoir et consorts mettaient un deuxième coup d’accélérateur à leur entrée en seconde période. Insuffisant toutefois pour aller chercher un bonus offensif. Quatre points dans la poche des coéquipiers de Bézy, zéro dans celle des Warriors. Toulouse a assuré l’essentiel, mais sait ce qui l’attend au match retour à Glasgow la semaine prochaine.

0
0