AFP

Nouvelle-Zélande-Australie: Mario Ledesma pointe du doigt les "décisions bizarres" de Nigel Owens

Ledesma pointe du doigt les "décisions bizarres" de Nigel Owens

Mis à jourLe 01/11/2015 à 11:02

Publiéle 01/11/2015 à 10:57

Mis à jourLe 01/11/2015 à 11:02

Publiéle 01/11/2015 à 10:57

Article de Anthony Tallieu

COUPE DU MONDE - La Nouvelle-Zélande a offert une démonstration de puissance samedi en finale de la Coupe du monde contre les Wallabies (34-17). Une domination nette qui n'a pas empêché le patron des avants australiens Mario Ledesma de critiquer l'arbitrage de Nigel Owens.

Comme Richie McCaw, Dan Carter ou Ma'a Nonu, Nigel Owens a vécu samedi sa dernière finale de Coupe du monde. Et comme ces légendes néo-zélandaises, l'arbitre gallois a fait souffrir Mario Ledesma. Pas tout à fait pour les mêmes raisons. Un peu moins de deux heures après le terme de cette finale, l'ancien Puma s'est présenté devant la presse. Pas satisfait du résultat, évidemment, ni des coups de sifflet de M.Owens. Calme, posé, le patron de la mêlée australienne a tout de même bien fait passer son message.

L'arbitre gallois Nigel Owens lors du quart de finale France-Nouvelle-Zélande, 17 octobre 2015
L'arbitre gallois Nigel Owens lors du quart de finale France-Nouvelle-Zélande, 17 octobre 2015 - Icon Sport

"Il y a quelques décisions un peu bizarres quand même", attaque t-il. Une phrase qui, en général, n'annonce rien de bon pour l'homme au sifflet. Bingo. Ledesma lâche son premier grief : "Il y a cet écran de Carter qui permet à Nonu de passer et d'aller marquer son essai". Le futur Racingman traîne quelques secondes du côté australien du ruck, mais même en regardant l'action plusieurs fois au ralenti, difficile de voir qui il peut gêner, si ce n'est le champ de vision du pilier Sekope Kepu. Un peu tiré par les cheveux tout de même.

Ledesma: "Les Neo-Zélandais méritent quand même largement leur victoire"

Autre fait de jeu, une pénalité accordée à Jerome Kaino en fin de première période, qui conduit à trois points de Dan Carter. Sur ce point, ce n'est pas la faute que conteste Ledesma, mais la passe de Nehe Milner-Skudder juste avant : "C'est une passe en-avant que tout le monde a vue, qui n'est pas sifflée, et ils ont une pénalité qu'ils passent dans la foulée" . Là, en revanche, impossible de donner tort à l'Argentin.

Dan Carter - Nouvelle-Zélande-Australie, 31 octobre 2015
Dan Carter - Nouvelle-Zélande-Australie, 31 octobre 2015 - Icon Sport

Enfin, Super Mario n'a guère goûté la décision de Nigel Owens de sanctionner sa première ligne à la 72e minute de jeu, ce qui permettra à Carter d'inscrire quelques secondes plus tard la pénalité du K.O (27-17) : "La dernière mêlée, je ne crois pas qu'il y ait pénalité. Si pénalité il y a, elle doit être en notre faveur et pas contre nous. Même avant cette pénalité, ils poussent avant l'introduction et ils ne sont pas pénalisés" . Si on fait les comptes, nous en sommes à un essai transformé et deux pénalités contestés par l'ancien Clermontois. Beaucoup et pas suffisant à la fois pour combler l'écart final de 17 points. D'où une conclusion, cette fois plus pragmatique : "Les Neo-Zélandais méritent quand même largement leur victoire" . Il nous en aurait fait presque douter !

De notre envoyé spécial à Twickenham, Anthony Tallieu

0 commentaire
Vous lisez :