AFP

Coupe du monde - Nouvelle-Zélande/France (62-13), humiliation - Circulez, y a plus rien à voir...

Circulez, y a plus rien à voir...

Le 17/10/2015 à 22:47Mis à jour Le 18/10/2015 à 00:15

COUPE DU MONDE - Le XV de France a pris une énorme fessée en quart de finale de Coupe du monde face aux All Blacks (62-13), encaissant le plus gros revers de son histoire dans la compétition. Une bien triste fin de l'ère Saint-André...

Une humiliation. Osons le dire. Le XV de France quitte le Mondial 2015 sur une correction, balayé par une formation néo-zélandaise qui a récité son rugby (62-13). Jamais les Bleus n’avaient encaissé autant de points sur un match. Jamais une nation n’avait subi un tel revers en quart de finale de Coupe du monde. Bref, bien des records ont été battus lors de cette rencontre en sens unique où les hommes de Saint-André n’ont montré aucun signe de révolte. Triste. Désormais, il n’y a qu’une chose à faire : le deuil de ces quatre dernières années.

Le match ? Il n’y en a pas eu. Ce fut une démonstration de puissance de la part des tenants du titre, qui sont clairement montés d’un ton ce samedi. En tout, ils ont passé la bagatelle de neuf essais aux Bleus (qui n’en avaient jamais encaissé autant en Coupe du monde). Julian Savea s’est pris pour Jonah Lomu et a renvoyé à ses chères études Noa Nakaitaci, marquant un petit triplé (il égale le nombre d’essais marqués en une édition avec 8 réalisations). Les autres joueurs lui ont emboité le pas en sortant une copie quasi parfaite. Il y avait clairement plusieurs niveaux d’écart entre les deux équipes à Cardiff ce samedi...

Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015

Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015AFP

Picamoles sauve l’honneur

Après la défaite face à l’Irlande la semaine passée, on espérait une énorme révolte. On l’attend toujours. Une équipe sans âme, sans amour propre et qui n’a pu qu’assister, impuissante, au récital néo-zélandais. 4 touches perdues, 24% de plaquages ratés, 12 turnovers... avec un tel déchet, il est impossible de pouvoir espérer quelque chose face à ce qui se fait de mieux sur la planète ovale.

Louis Picamoles (36e) a sauvé l’honneur juste avant la pause. Mais l’honneur, uniquement. Et c’est une énorme peine de voir le XV de France s’incliner de la sorte. Désormais, il va falloir faire les comptes. Mettre tous les acteurs du rugby français face à leurs responsabilités. Car là, le XV de France est un véritable champ de ruines.

0
0