AFP

Angleterre-Uruguay (60-3): L'Angleterre est restée digne pour les adieux à son Mondial

L'Angleterre est restée digne pour les adieux à son Mondial

Mis à jourLe 10/10/2015 à 23:12

Publiéle 10/10/2015 à 22:51

Mis à jourLe 10/10/2015 à 23:12

Publiéle 10/10/2015 à 22:51

Article de Ivan Petros
Dans cet article

COUPE DU MONDE - L'Angleterre est sortie la tête haute de son Mondial. Déjà éliminé, le XV de la Rose a logiquement balayé l'Uruguay (60-3) en restant sérieux. Devant un public toujours aussi fidèle malgré une compétition ratée et une sortie précoce, Nowell et Easter se sont amusés avec chacun un triplé.

Déjà éliminée de sa Coupe du monde, l'Angleterre a tout de même tenu à rester sérieuse et appliquée ce samedi soir face à la modeste équipe de l'Uruguay. Le XV de la Rose a terminé son Mondial sur une bonne note, malgré une semaine forcément délicate... Comme pour remercier un public qui ne les a jamais lâchés, les partenaires de Chris Robshaw ont fait une dernière fois le show, en inscrivant dix essais (60-3). Dont un triplé du vétéran Nick Easter, élu homme du match.

Nick Easter (Angleterre) face à l'Uruguay - 10 octobre 2015
Nick Easter (Angleterre) face à l'Uruguay - 10 octobre 2015 - AFP

A 37 ans, le numéro huit des Harlequins se souviendra forcément de sa dernière apparition avec le maillot anglais. Alors qu'il avait remplacé le blessé Billy Vunipola en cours de compétition, Easter s'est offert un triplé (18e, 23e, 60e) pour un match aux allures de jubilé. De 15 ans son cadet, Jack Nowell l'a imité en fin de partie (57e, 70e, 74e). Une juste récompense pour ce joueur, pas utilisé par Stuart Lancaster lors des matchs importants... A l'image de l'ailier d'Exeter, les "coiffeurs" Danny Care ou Henry Slade (auteur d'un essai) ont brillé. Comme pour justifier les mauvais choix effectués par le staff anglais face aux Gallois ou Australiens.

Finir sur une bonne note, avant de recoller les morceaux

Sous les "Swing low, sweet chariot" d'un public remarquable, Anthony Watson avait lui montré la voie, dès 7e minute, avant de récidiver juste après la pause. Débuté par l'arrière de Bath, le festival anglais s'est conclu par un essai de pénalité au terme d'une énième relance depuis le fond du terrain. Histoire de quand même terminer en beauté une épreuve totalement ratée. Désormais, le plus dur commence déjà pour le rugby anglais, qui devra se relever comme il le peut de cet échec et se reconstruire, morceau par morceau. Avec Stuart Lancaster, ou pas.

Anthony Watson (Angleterre) face à l'Uruguay - 10 octobre 2015
Anthony Watson (Angleterre) face à l'Uruguay - 10 octobre 2015 - AFP
0 commentaire
Vous lisez :