Clerc - France Argentine - Novembre 2012 - Icon Sport
 
Coupe du monde

Mondial 2015: Les Français restent sur leurs gardes

Mondial 2015: Les Français restent sur leurs gardes

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 04/12/2012 à 11:05 -
Par Rugbyrama - Le 04/12/2012 à 11:05
Si le tirage au sort du Mondial 2015 paraît favorable à la France, les joueurs tricolores se montrent vigilants. Des choses peuvent se passer en trois ans...
 

En étant tête de série, la France savait qu'elle n'affronterait pas l'une des trois nations fortes de l'hémisphère Sud en phase de poule du Mondial 2015. Le sort pouvait toutefois lui réserver un groupe délicate, tant l'Angleterre, placée dans le chapeau 2, et le pays de la Galles, dans le chapeau 3, faisaient figure d'épouvantails. Il n'en sera finalement rien. Le XV de France a hérité de l'Irlande et l'Italie comme principaux adversaires. Si cela semble favorable en vue d'une qualification pour les quarts de finale de la compétition, les Bleus préfèrent rester sur leurs gardes. "La vérité du moment ne sera pas forcément celle dans trois ans", souligne l'ailier de Toulouse, Vincent Clerc. En effet, beaucoup de choses peuvent se passer sur cette période. Le troisième ligne de Montpellier, Fulgence Ouedraogo, précise quant à lui que le statut de favori n'a pas souvent réussi à la France.

Les réactions:

Yannick Nyanga: "C'est un tirage au sort qui est compliqué mais qui aurait pu l'être encore plus. Je ne sais pas s'il faut s'en satisfaire. Quand on voit les autres groupes, on se dit que c'est un mal pour un bien. Moi, je n'y prête pas trop attention parce que c'est tellement loin. Quand on voit d'où je viens, je ne sais pas si je peux vous parler de ce qui va se passer dans trois ans. Je suis content pour la France et j'espère que j'y serai. Je vais déjà me battre pour essayer d'être au prochain Tournoi".

Fulgence Ouedraogo: "La France ne compte pas des grosses nations du Sud dans sa poule mais elle n'en reste pas moins relevée avec la présence de l'Irlande et de l'Italie. Les Irlandais ont effectué une très grosse performance contre l'Argentine et les Italiens sont des adversaires sérieux, ils l'ont encore montré en s'accrochant face aux Australiens pendant les tests de novembre. Il faudra être méfiant. Nous verrons bien comment la France évolue d'ici 2015 mais elle risque de partir avec le statut de favorite et on sait que ça ne lui réussit pas, comme ce fut le cas en phase de poule en 2007."

Vincent Clerc: "Cela aurait pu plus mal se passer, mais la vérité d'une année n'est pas celle de dans trois ans. On a vu l'Irlande bien finir, qu'elle avait posé de gros problèmes à la Nouvelle-Zélande, à l'Australie. Il y avait de gros risques quand on voit la poule de l'Angleterre avec le pays de Galles et l'Australie. Les Irlandais, on les a souvent rencontrés et cela n'a jamais été simple, et il ne faut pas oublier qu'on a récemment perdu en Italie. (la Nouvelle-Zélande éventuellement en quarts?): en 2007, on les a croisés, on les a battus. En 2011, le fait d'avoir fini second, on les avait évités. En tout cas, l'équipe de France en Coupe du monde sera là pour finir première du groupe évidemment et s'éviter un mal de tête".

Louis Picamoles: "On aurait pu avoir pire, mais cela va rester une belle poule, ouverte, compliquée, mais c'est sûr qu'on pouvait s'attendre à pire. Pour l'équipe de France c'est plutôt abordable, il va falloir se préparer. Si l'équipe de France veut aller au bout, il faudra les meilleurs, et on sait que les équipes de l'hémisphère sud seront là à un moment. Il y a le temps avant d'y penser".

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×