Lucian SIRBU - 29.09.2007 - Roumanie - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Le beurre et l'honneur

Le beurre et l'honneur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/09/2011 à 17:09 -
Par Rugbyrama - Le 27/09/2011 à 17:09
La troisième place qualificative pour la prochaine Coupe du monde est d'ores et déjà trop loin pour la Géorgie et la Roumanie, dans une poule trop relevée. S'il restera un match face à l'Argentine aux Géorgiens avant de sortir de la compétition, c'est le dernier pour les hommes de Gontineac (8h30).

C'est leur match ! Celui des dits "petits " de cette poule B où figurent également l'Argentine, l'Angleterre et l'Ecosse. Face à ces supposées armadas aguerries aux joutes de haut niveau, on ne donnait pas cher de la peau des pays du Caucase et de l'Est européen. Si les Roumains étaient bien à deux doigts de l'exploit face au XV du chardon en menant à dix minutes du terme (score final 24-34), tout comme les Géorgiens qui ont tenu la dragée haute à ces mêmes Ecossais (6-15), la suite de la compétition fut autrement plus délicate. Les joueurs de Romeo Gontineac se voient donc offrir une dernière exposition au monde du rugby, un espoir de se faire repérer, au prix d'une ultime performance remarquable. L'on pense notamment à Daniel Carpo, le puissant numéro 8, ou encore l'inconditionnel soutien de Marius Tincu en première ligne, Mihaita Lazar qui évolue à Aix-en-Provence et qui aspire à un niveau au-dessus, au vu de ce qu'il a proposé jusqu'ici. L'occasion surtout d'enfin gagner un match dans ce mondial néo-zélandais, pour les uns comme pour les autres.

Un duel de packs ?

L'affrontement entre ces deux équipes pour éviter donc la « cuillère de bois » de la poule devrait tourner à un exercice de force, tant les packs des Lelos d'un côté, et des coéquipiers d'Ovidiu Tonita de l'autre sont redoutées par nombre d'autres équipes. Marius Tincu, dont c'est probablement le dernier mondial, aimerait bien connaître un épilogue heureux à cette aventure au pays du rugby. Il pourra compter sur une équipe-type, puisque tous les cadres mis au repos face à l'Angleterre sont de retour. Face à lui, la première ligne géorgienne, estampillée Top 14 et amenée par Khinchagishvili et Zirakashvili, ne laissera pas sa part au chien. Osons-le, ce sera un match de gala, entre deux équipes qui n'ont plus rien à espérer dans cette coupe du monde, si ce n'est un concours de circonstances improbable pour les Géorgiens. Un dernier baroud, pour le beurre, mais surtout pour l'honneur, d'avoir été là, pour le retour de la compétition reine au pays roi.