Andrei GARBUZOV - Septembre 2011 - Russie - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe du monde

La dernière polka !

La dernière polka !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/09/2011 à 17:26 -
Par Rugbyrama - Le 30/09/2011 à 17:26
Les Russes vont finir leur premier Mondial de leur histoire face à la prestigieuse équipe d'Australie, double championne du monde. La compétition néo-zélandaise n'aura pas vu le premier exploit des coéquipiers de Yanushkin, mais ils auront connu une exposition sans égale.

Ne voyez dans ce titre aucune médisance futuriste quant au résultat de ce match, même s'il est vrai que l'on donne peu de chances au collectif russe face à des Australiens qualifiés et nettement supérieurs. Non, la dernière polka (danse née sous l'URSS, dans une région appartenant maintenant à la République Tchèque) prévue pour les tricolores orientaux, ce sera une polka de fête et d'allégresse ; c'est en tous cas ainsi que nous l'espérons. Si le point de bonus défensif pris aux devants des Américains était déjà une grande première, Nikolay Nerush, le sélectionneur, aurait aimé ramener une première victoire à son pays et son premier ministre, Vladimir Poutine, qui décrivait le rugby comme "sport ultime pour l'homme russe". Il n'en aura rien été, mais la possibilité de se voir confronter au gotha du rugby a indéniablement servi les intérêts du sport russe.

A dans quatre ans ?

La troisième place directement qualificative pour le prochain exercice était promise à la nation du Nord qui n'accompagnerait pas l'Australie. C'est toujours le cas malgré la victoire des Irlandais sur les Australiens. Les Italiens semblent tenir la mauvaise corde pour finir à cette place qualificativo-éliminatoire. Mais ça, on le savait depuis longtemps. Alors, a-t-on des chances de revoir la Russie dans quatre ans pour le prochain mondial, en Angleterre ? C'est une interrogation claire et légitime qui amène cependant une réponse moins limpide. La Géorgie semble avoir quelques longueurs d'avance sur le reste des équipes de seconde zone européenne, reste alors une seconde place à prendre direction 2015. La Russie avait soufflé celle-ci à des Roumains obligés de passer par les barrages face à l'Uruguay, pendant que le Portugal, qualifié en 2007 n'arrivait pas à être constant. La lutte pour participer au prochain rassemblement de toutes les meilleures équipes du monde va faire rage en Europe, et la Russie entend bien y jouer un rôle majeur. D'ici-là, messieurs, offrez-vous une dernière danse, avant de rentrer, pour la plupart d'entre-vous, dans le rang et l'anonymat quotidien.