McCaw fourchette 2011 - TF1
 
Article
commentaires
Coupe du monde

La cabale continue

La cabale continue

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/10/2011 à 16:36 -
Par Rugbyrama - Le 25/10/2011 à 16:36
Si les Néo-Zélandais sont devenus champions du monde, le journal local New Zealand Herald continue sa campagne d'accusation envers la France. Dusautoir, Rougerie et Papé sont au cœur de nouvelles polémiques pour des supposées fourchettes sur McCaw et pour une altercation avec un photographe.

Malgré le sacre mondial des All Blacks, la campagne anti-française continue. La presse néo-zélandaise, notamment le quotidien local New Zealand Herald, se venge comme elle peut après la résistance héroïque des Bleus en finale de Coupe du monde. Pourtant, il était légitime de penser que la cabale contre le XV de France, perpétuelle tout au long de la compétition, était arrivée à sa fin. Bien au contraire, nos confrères continuent à attiser les polémiques.

Après la supposée fourchette de Julien Bonnaire sur le troisième ligne néo-zélandais Richie McCaw lors du match de poule, c'est maintenant au tour de Thierry Dusautoir et Aurélien Rougerie d'être mis en accusation. Le capitaine français, élu meilleur joueur de l'année par l'IRB quelques heures après la finale, et le centre clermontois, sont soupçonnés d'avoir commis le même acte et, fait du hasard, sur le même joueur.

Aucune citation pour l'instant

Si le journal se montre toutefois mesuré quant à la culpabilité du Toulousain, rien ne prouvant réellement qu'il ait pu commettre un tel geste hormis des déclarations dans l'entourage des champions du monde, des images sorties sur la toile mettent néanmoins Aurélien Rougerie en fâcheuse posture. Ses mains seraient en effet entrées en contact avec le visage du capitaine des Blacks dans un ruck à la 76ème. Un geste intervenu alors que Richie McCaw, le capitaine des All Blacks, a multiplié les fautes dans le jeu au sol sans être pénalisé par un arbitre sud-africain, Craig Joubert, très permissif dans ce secteur.

Des agissements qui pourraient expliquer également l'absence de félicitations et de remerciements à l'égard du XV de France de la part des Néo-Zélandais lors du discours d'après-match. Ainsi que le refus des joueurs ne pas échanger leurs maillots, certains ayant aussi préféré le garder en souvenir de cette finale.

Toutefois, ni Dusautoir ni Rougerie n'ont été cité à comparaître devant la commission de discipline. Mais pour ne rien arranger, le deuxième ligne tricolore Pascal Papé est lui aussi au centre d'une polémique, accusé d'avoir craché sur un photographe néo-zélandais ce mardi matin à Auckland alors que les Bleus étaient réunis dans un bar du centre-ville.