Mirco Bergamasco - 23.09.2011 - Entrainement Italie - Icon Sport
 
Coupe du monde

L'Italie ne doit pas anticiper

L'Italie ne doit pas anticiper

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/09/2011 à 18:18 -
Par Rugbyrama - Le 26/09/2011 à 18:18
Les Italiens, en cas de victoire bonifiée face aux Etats-Unis, disputeront dimanche un huitième de finale face à l'Irlande. Seulement, ils doivent s'assurer prioritairement d'un succès mardi, sans oublier d'en garder sous la pédale pour ne pas hypothéquer leurs chances de se qualifier en quarts.
 

Face à une formation américaine qui fera ses adieux au Mondial, l'équation est d'une simplicité enfantine pour les Italiens. Ils doivent impérativement l'emporter avec le point de bonus offensif pour s'offrir un véritable huitième de finale contre l'Irlande dimanche. Dans les clous malgré leur défaite attendue face à l'Australie (6-32) et une victoire bonifiée face à la Russie (53-17), ils doivent désormais réaliser un parcours sans faute pour prétendre à une qualification en quarts de finale. Car s'ils venaient à l'emporter face aux Etats-Unis, bonus offensif en prime, il ne leur suffirait plus qu'à prendre le dessus sur le XV du trèfle. Ils pourraient même se permettre de leur laisser le point de bonus défensif car un cas d'égalité à quatorze points serait défavorable aux Irlandais.

Tout faire pour garder de l'énergie

Néanmoins, il convient de ne pas se tromper d'objectifs, aussi rapprochés soient-ils. La sélection américaine mardi, celle d'Irlande dimanche, force est de constater que le programme est plutôt chargé. D'autant plus que l'Italie bénéficiera de deux journées en moins de récupération au moment de disputer sa dernière rencontre de la phase préliminaire, probablement la plus importante, à condition que le nécessaire ait été réalisé au préalable. Car avant de se tourner vers l'Irlande, les Italiens devront dicter leur loi à des Américains loin d'être ridicules dans ce Mondial. Favoris légitimes face à une formation de "seconde zone", les Azzurris ne se trouvent pas pour autant dans une position des plus confortables, eux qui doivent s'assurer d'un huitième tout en se préservant pour conserver le maximum de chances d'y donner une issue positive.

Prise entre deux feux, l'Italie ne doit pas tergiverser mais doit au contraire mettre tous les ingrédients nécessaires d'entrée de jeu afin de ne pas gaspiller toutes ses forces avant la grande bataille. L'entame de rencontre sera donc en ce sens primordiale car une prise de distance rapide comme cela avait été le cas contre la Russie (bonus offensif acquis à la 24ème minute) permettrait d'effectuer des rotations visant à préserver les cadres. "Si cela se passe bien contre les Etats-Unis, j'aimerais pouvoir faire sortir certains joueurs. Ce serait bien si je pouvais faire sortir Sergio Parisse ou Martin Castrogiovanni vers la 60e minute, mais je ne prendrai aucun risque si le score est serré", a avancé Nick Mallett. Mais parler reste toujours plus facile qu'agir.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×