Rougerie France Coupe du monde 2011 - Icon Sport
 
Coupe du monde

France-Tonga en questions

France-Tonga en questions

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/09/2011 à 16:33 -
Par Rugbyrama - Le 30/09/2011 à 16:33
Les choses sérieuses commencent... Ce samedi à Wellington (7h, heure française), les Bleus affronteront les Tonga dans un 8e de finale officieux. Les Bleus peuvent-ils être éliminés ? Les Tonga les ont-ils déjà battus ? Voici les réponses à toutes vos questions avant ce match crucial.
 

Les Bleus peuvent-ils être éliminés samedi ?

Oui. Les risques sont minimes, mais ils existent. Avant ce match, la France compte 10 points au classement, le Canada 6 et les Tonga 5. En cas de succès avec ou sans bonus, les Bleus ne pourraient plus être rejoints par leurs deux poursuivants et empocheraient leur billet pour le quart. Une défaite bonifiée serait suffisante également. C'est en cas de défaite à zéro point que les choses se compliquent. S'ils s'imposaient avec le bonus, les Tonguiens compteraient le même nombre de points que les Français mais passeraient devant au goal average. Un scénario toutefois inenvisageable pour les Tricolores, qui veulent gagner avec la manière pour se rassurer avant un probable quart de finale. A noter que, même en cas de défaite, les hommes d'Isitolo Maka pourraient se qualifier pour le prochaine Coupe du monde en terminant troisièmes du groupe. Il leur faudrait, pour cela, inscrire quatre essais aux Bleus et prendre le point de bonus défensif.

Combien de Tonguiens jouent en France ?

Sans parler du sélectionneur Isitolo Maka, qui a fait les beaux jours de Toulouse puis de Marseille, le groupe tonguien pour ce Mondial compte huit joueurs évoluant dans des clubs français. Six d'entre eux font partie du XV de départ pour ce huitième de finale officieux. Le pilier Kisi Pulu (Perpignan), le deuxième ligne Paino Hehea (Lyon), le troisième ligne et capitaine Finau Maka (Pamiers), l'ailier gauche Sukunaivalu Hufanga (Malemort), ainsi que le centre Andrew Ma'ilei et l'arrière Vungakoto Lilo (Bordeaux-Bègles) auront l'occasion de faire face à des adversaires qu'ils connaissent bien. Kisi Pulu espère bien en tirer profit : "Je sais ce qu'on va dire : c'est un avantage de pouvoir les écouter pour se faire une idée de leur plan de jeu. S'ils parlent vraiment vite, je ne vais rien piger, mais je devrais glaner quelques infos quand même", souriait-il en conférence de presse cette semaine.

Les Tonga ont-ils déjà vaincus les Bleus ?

Oui, une fois. C'était en juin 1999, lors de la tournée estivale précédant Coupe du monde au pays de Galles. Les Bleus, amenés par Fabien Galthié, avaient subi la seule défaite de l'histoire du rugby français face aux Tonga en s'inclinant 16 à 20. Au total, les deux équipes se sont rencontrées à trois reprises. La France avait remporté le premier match 38 à 10, lors de la Coupe du monde 1995 en Afrique du Sud. Elle s'était aussi imposée lors de leur dernière confrontation, à Toulouse en 2005. Auteurs de cinq essais, les Tricolores avaient largement gagné, 43 à 8. Rougerie (auteur d'un essai), Clerc (qui s'était offert un doublé), Yachvili et Bonnaire étaient déjà titulaires, de même que Marty, qui ne sera pas sur la feuille de match samedi à Wellington. Nallet était pour sa part remplaçant.

Que retenir du match contre la Nouvelle-Zélande pour aborder celui face aux Tonga ?

Compte tenu de leur défaite 17-37, de leurs inquiétantes erreurs défensives et des difficultés étonnantes de leur mêlée durant cette rencontre, on pourrait être amené à penser que les Bleus n'ont pas grand chose de positif à retirer du match face aux All Blacks. Le capitaine Thierry Dusautoir assure pourtant le contraire : "Ce qui m'a le plus satisfait lors de nos matchs précédents vient paradoxalement de celui contre la Nouvelle-Zélande. Bien sûr, nous avons manqué de constance et de concentration. C'est notre éternel problème, qui ne nous a pas permis de rendre des copies satisfaisantes contre le Japon et le Canada et qui nous a fait prendre 40 points contre les Blacks. Mais j'ai aimé l'état d'esprit de mes coéquipiers, qui se sont battus jusqu'au bout. Cette envie, c'est un minimum sur un terrain, mais on ne l'a pas toujours eue cette année..." A partir de maintenant, les matchs seront éliminatoires. Alors "l'envie" des Français devra être décuplée...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×