James Hook - 06.11.2010 - Pays de Galles - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Finir sur une bonne note

Finir sur une bonne note

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/10/2011 à 00:28 -
Par Rugbyrama - Le 21/10/2011 à 00:28
Ce duel des perdants auraient pu être une finale. Tombés respectivement contre la Nouvelle-Zélande et la France, Australiens et Gallois s'affrontent ce vendredi (9h30) pour le titre honorifique de troisième meilleure équipe du monde. Pour un rendez-vous qui s'annonce comme celui du jeu.

L'amertume et la déception des demi-finales sont derrières eux. L'enthousiasme et l'ambition ont repris le dessus. Avant de s'affronter, Australiens et Gallois se sont donc remobilisés. C'est en tout cas ce qu'annonce le capitaine des Wallabies, James Horwill: "Ce match permet de remettre les choses à l'endroit et de terminer le tournoi sur une note positive". Même son de cloche côté gallois. "Nous voulons que cette réception marque la célébration de notre statut en tant que l'une des trois meilleures équipes au monde", avance Warren Gatland, sélectionneur du XV du poireau.

Les deux équipes sont donc en ordre de bataille. Chacune d'entre elles a opéré les quelques modifications dans son XV de départ (huit pour l'Australie, seulement quatre pour le pays de Galles). Mais s'il y a bien un élément qui ne changera pas, c'est la volonté de ces deux nations "d'envoyer du jeu". Et pour ce, les Gallois pourront encore compter sur leurs trois-quarts Roberts, Davies et North, grands artisans du parcours des diables rouges. Robbie Deans, sélectionneur australien, misera une nouvelle fois sur son ouvreur Quade Cooper, jusqu'ici transparent.

Comme en 1987  ?

Le jeu, c'est le leitmotiv des joueurs gallois depuis le début de ce Mondial. Après avoir montré aux yeux du monde entier leur maestria, ils souhaitent désormais s'inscrire historiquement dans les livres de la Coupe du monde. Une mission dont Warren Gatland se fait le porte-parole: "Nous voulons nous assurer que les livres d'histoire seront le reflet de ce que nous sommes capables de faire. La seule façon d'y parvenir, c'est de battre l'Australie". Le tout pour que cette génération dorée prenne enfin la relève de l'équipe de 1987. Une équipe qui s'était imposée dans ce match de la troisième place contre l'Australie (22-21). Jusqu'à y voir un signe, il n'y a qu'un pas...

Quant aux Wallabies, ils veulent faire oublier la claque reçue contre leurs meilleurs ennemis néo-zélandais. "Je suis très déçu de la semaine dernière, avoue Kurtley Beale, tout juste revenu de blessure. Mais nous avons une opportunité de laisser notre marque sur ce tournoi et de montrer à tout le monde ce que nous sommes vraiment". Contrairement au dernier match pour la troisième place, ces deux équipes ont encore faim. Le décor est donc planté, ne reste plus qu'à lâcher les fauves, ces esthètes du jeu.