ioane australie afrique du sud - Eurosport
 
Coupe du monde

Entre poids lourds...

Entre poids lourds...

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/10/2011 à 23:34 -
Par Rugbyrama - Le 08/10/2011 à 23:34
Dimanche soir, un des deux favoris au titre suprême, un des plus grands rivaux des All Blacks, aura quitté le Mondial néo-zélandais... Jamais, dans l'histoire de la Coupe du monde de rugby, un quart de finale ne fut plus inattendu que cet Afrique du Sud-Australie.
 

La semaine dernière, Digby Ioane a profité de sa blessure au pouce pour assister au mariage de son frère aîné, à Brisbane. « Ca m'a fait du bien de m'évader un peu. J'ai même pu boire quelques verres, ça m'a aéré l'esprit. Mais aujourd'hui, je suis de retour à Wellington pour disputer le match le plus important de ma carrière. J'aurai très mal vécu le fait de ne pouvoir vivre un quart de finale de Coupe du monde... » L'ailier des Reds, tout comme le flanker de la Force, David Pocock, avait beaucoup manqué aux Wallabies, le jour où ceux-ci avaient chuté face aux Irlandais. Ioane est en effet le garde du corps de Quade Cooper, en Super 15 comme en équipe nationale : sur tous les lancements de jeu adverses, il se place en position de demi d'ouverture, laissant l'aile gauche à l'ouvreur le plus excentrique du Mondial néo-zélandais. Le but de la manœuvre ? Il est double : d'abord, protéger Cooper, dont les carences défensives sont évidentes ; ensuite, exploiter le potentiel « relanceur » du numéro dix des Reds, jamais plus fort que lorsqu'il a du champ. Peter de Villiers, le coach des Sud-Africains, explique : « Grâce à cette astuce, les Australiens ont trouvé leur équilibre. Difficile de leur trouver, désormais, un point faible. Deans a beaucoup fait progresser leur pack, il a annihilé les faiblesses défensives de Cooper et donné aux avants australiens le goût du combat. Cela s'annonce très difficile, pour nous. »

Le souhait de John Smit

Ce choc entre les vainqueurs du dernier Tri Nations et les champions du monde en titre incarne probablement le quart de finale le plus prestigieux -et le plus inattendu- de l'histoire de la Coupe du monde de rugby. Dimanche soir, un poids lourd de la compétition aura quitté le Mondial néo-zélandais, dégageant la voie pour les surprenants Gallois et les invincibles All Blacks, autres grands favoris de la compétition. « J'ai beaucoup pensé à ça cette semaine, expliquait le capitaine des Boks John Smit, lundi matin. Ce quart de finale pourrait être mon dernier match avec cette équipe, ma dernière rencontre avec Bakkies (Botha, N.D.L.R.), Victor (Matfield, N.D.L.R.) et Fourie (du Preez, N.D.L.R.). Je ne veux pas que l'histoire s'arrête là. Ce serait trop stupide. On a vécu trop de belles choses pour échouer en quart de finale. »

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×