Coupe du monde

Carter prépare sa finale

Considéré comme le meilleur ouvreur de la planète, Daniel Carter a dû se résigner à quitter les All Blacks, sur blessure (adducteur), mais apporte une aide précieuse à ses coéquipiers. L'ancien Perpignanais conseille le jeune Cruden et décrypte le jeu français, en vue de la finale de dimanche (10h).

Pour compenser son départ, Carter travaille "de manière très proche avec les N.9 et 10". Au sujet d'Aaron Cruden (22 ans, 7 sélections), propulsé à l'ouverture en demi-finale face à l'Australie, le demi d'ouverture des Crusaders est admiratif: "Il m'a vraiment impressionné. On dirait qu'il a été dans l'équipe durant toute la saison. Il s'est remarquablement adapté".

Alors qu'approche la finale face au XV de France, un "énorme défi" face à la "bête noire en Coupe du monde", il fait aussi profiter ses partenaires de son expérience du "si" particulier rugby français qu'il a connu lors de son passage durant six mois à Perpignan en 2008-2009.

Le XV de France "est une équipe dangereuse, surtout quand ils sont dos au mur et avec beaucoup de détracteurs. C'est là qu'ils se réveillent, ils l'ont montré en 2007 (victoire sur les All Blacks en quart de finale 20-18) et en 1999 (victoire en demi-finale 43-31)", rappelle Dan Carter, pointant de nombreux points forts comme "une troisième ligne Bonnaire-Harinordoquy-Dusautoir "de classe mondiale" , un triangle arrière Palisson-Médard-Clerc qui l'a "impressionné" et un Morgan Parra qui n'a "pas beaucoup de défauts" dans son jeu d'ouvreur.

 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |