France - AFP
 
Article
commentaires
Coupe du monde

Assurer et rassurer

Assurer et rassurer

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 01/10/2011 à 06:23 -
Par Eurosport - Le 01/10/2011 à 06:23
S'il faudrait un séisme pour que les Bleus soient éliminés samedi de la Coupe du monde, ils vont devoir s'appliquer face aux Tonga (7h) pour assurer mathématiquement la qualification. Mais l'autre enjeu est net : s'offrir enfin des certitudes sur le plan du jeu dans l'optique des phases finales.

France/Tonga, quatrième et dernière journée de la phase de poule : rien de moins qu'un huitième de finale. Mais pour l'équipe de France, il s'agirait surtout d'un huitième de finale retour avant lequel les Bleus auraient un net avantage... L'équipe du capitaine Thierry Dusautoir n'est effectivement pas mathématiquement qualifiée pour les quarts de finale. Mais avant d'affronter le Tonga – 13e nation au classement IRB - dirigé par l'ex-numéro 8 des All Blacks et du Stade toulousain Isitolo Maka, il ne manque qu'un point aux Bleus pour filer en quart de finale de la Coupe du monde 2011.

Effectivement à Wellington, les Bleus ne mentent pas quand ils affirment qu'ils jouent un match mortel. Mais il faudrait pour cela un séisme absolu : une défaite sans point de bonus contre une équipe tonguienne qui marquerait au moins quatre essais. Autant dire que la bande à Lièvremont est en ballottage favorable, même s'il a fallu, par précaution, préparer des bagages pour un retour en France ce dimanche. Reste seulement à ne pas trébucher. Assurer et se rassurer : voilà tout l'enjeu alors que se profile un quart de finale contre l'Angleterre pour une revanche des deux dernières éditions de Coupe du monde (demi-finale 2003 et 2007).

Maka pointe les défauts français

Finau Maka, capitaine des Tonga a tenté d'allumer un incendie jeudi en conférence de presse. Avant ce qui pourrait être le dernier match de sa carrière internationale, il a chauffé l'ambiance pointant le poste de centre où il remet en question Rougerie en même temps qu'il souligne son absence de complicité avec Mermoz, où il affirme que Fritz et Jauzion les deux meilleurs sont restés en France. Pour ajouter une touche finale, il a piqué Didier Retière : "la faiblesse des Bleus est peut être en première ligne. Nous allons cibler leur mêlée". Voilà pour le décor. Mais les Bleus qui retrouvent le taulier William Servat, ont de quoi répondre. Personne n'en doute, surtout pas eux qui disent avoir des raisons de croire en leur étoile.

Au Westpa Stadium, le monde du rugby verra s'ils se sont menti ou non. Marc Lièvremont sort en tout cas son XV majeur, l'équipe de France qui risque d'avoir la charge de conquérir le titre mondial sur le terrain. Défi collectif et enjeux individuels. Pour Luc Ducalcon qui doit assurer en l'absence de Nicolas Mas, protégé pour ce rendez-vous. Pour Raphaêl Lakafia, choisi en numéro 8. Pour Morgan Parra, confirmé à l'ouverture. Ou encore pour le triangle d'attaque Palisson - Médard - Clerc chargé de donner du punch et de l'audace aux Bleus. Les Bleus auraient pu être au pied du mur. Ce n'est plus qu'un ersatz de huitième de finale. Mais c'est le moment de prouver qu'ils ne sont pas qu'un potentiel et qu'il faudra compter avec eux jusqu'au bout. Les Tonga comme un tremplin.