Rugbyrama
 
Article
commentaires
Coupe du Monde

L'Angleterre, petit bras

L'Angleterre, petit bras

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 08/09/2007 à 17:45
Tenants du titre, les Anglais ont déçu face à de vaillants américains. Les Britanniques repartent avec 4 points laissant de côté le bonus offensif. Peu convaincant avant d'affronter les Sud-africains.
 

Les Anglais ont tremblé avant de s'imposer sur la pelouse du stade Bollaert de Lens. Les champions du monde en titre ont été loin de leur niveau de 2003. En face, les champions olympiques de 1924 n'ont pas démérité. Avec une défense très agressive et une grosse envie, les Américains ont empêché le XV de la rose d'imposer son jeu. Les 20 000 supporters Britanniques ont de quoi s'inquiéter.

En manque de confiance après une préparation difficile et deux défaites face aux Français (21-15 et 22-9), les hommes de Brian Ashton entamaient la compétition face aux Etats-Unis. L'opposition semblait à la mesure des champions du monde et ils pouvaient légitimement songer au bonus offensif, malgré l'absence de leur ouvreur Jonny Wilkinson.

Une performance peu rassurante

Dès les premiers instants de jeu, les partenaires de Mike Hercus tentaient crânement leur chance, mais les Eagles se heurtaient à un mur blanc et rouge. La défense anglaise était intraitable. La première période se résumait à un monologue de Olly Barkley auteur de 16 des 21 points britanniques. Avec un score de 21-3 à la pause, on pouvait s'attendre à un réveil anglais. Maladroits en première période et avec une conquête défaillante, les partenaires de Vickery ne relevaient guère la tête par la suite.

De nombreux en-avants sont venus mettre fin aux velléités offensives du XV de la rose. Il n'en fallait pas moins pour relancer les Américains qui profitaient de chaque ballon pour se rapprocher de la ligne adverse. Brian Ashton profita de l'avantage au score, 28-3 à la 50è après un essai de Tom Rees, pour faire tourner son effectif. Le sang frais n'y changeait rien, les Eagles poursuivaient sur leur lancer avec toujours autant d'envie mais un jeu brouillon et trop stéréotypé pour surprendre les Anglais. L'aisance au pied de Olly Barkley, auteur d'une belle performance, permettait aux Britanniques de se dégageaient de la pression adverse.

En fin de match, les Américains, en supériorité numérique après l'exclusion de Dallaglio, pointaient le bout de leur nez dans l'en-but de sa majesté par l'intermédiaire de leur pilier Moeakiola. Un essai récompensant les efforts des Eagles durant 80 minutes. Le score, 28-10, reflète la physionomie de la partie, même si les USA auraient mérité d'empocher le point du bonus défensif. Au final les Anglais n'ont pas rassuré en terme de jeu. Les hommes de Brian Ashton devront travailler encore avant d'affronter l'Afrique du Sud, samedi à Saint-Denis.