AP
 
Article
commentaires
Coupe du Monde

Ce sera l'Angleterre puis le Japon

Ce sera l'Angleterre puis le Japon

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 30/06/2009 à 15:10
Les directeurs de la Rugby World Cup viennent d'officialiser les deux projets qu'ils vont recommander au conseil de l'IRB concernant l'organisation des Coupes du monde 2015 et 2019. Sans surprise, les deux nations choisies sont l 'Angleterre et le Japon.

Les bruits de couloir l'annonçaient depuis quelques jours, et si ce n'est pas une surprise, la recommandation émise par le Board RWC est de tout de même remarquable. En effet, la désignation du Japon comme potentiel organisateur de la coupe du monde 2019, est loin d'être neutre. En coulisses, les membres du Board étaient sensiblement divisés sur ces choix, en particulier en ce qui concerne le Japon. Une division qui était déjà apparue au moment de désigner l'organisateur du mondial 2011, où sur fond de luttes intestines, la Nouvelle-Zélande avait coiffé le Japon au poteau.

Rebelote donc, mais cette fois-ci l' issue se trouve être favorable à la fédération japonaise. A travers cette candidature ce sont deux écoles qui se sont affrontées, deux visions de l'avenir du rugby international, car le choix du Japon est porteur de sens. Il marque la volonté des institutionnels qui ont soutenu sa candidature de procéder à des changements de fond dans la politique du Board, des changements qui vont permettre de déplacer le centre de gravité du rugby mondial, en lui ouvrant des perspectives hors des contrées où il est traditionnellement installé. Il s'agit là d'une véritable révolution dans le monde rugby.

La fédération japonaise récompensée

L'Asie représente un bassin à fort potentiel économique et de population, qui promet des perspectives de développement conséquentes, en Indonésie également. De plus, les Nippons ont organisé avec succès le Mondial des Moins de 20 ans au début du mois. Le projet japonais table sur 9 millions d'euros de bénéfices. Les recommandations des directeurs du RWC (Bernard Lapasset, Bill Beaumont, Oregan Hopkins, Mike Miller et Syd Millar) n'ont pas valeur de décision définitive. Elles vont être transmises aux membres du conseil de l'IRB, qui valideront et prendront une décision définitive le 28 juillet prochain. Toutefois, les 26 membres qui composent cette assemblée devraient sans nul doute suivre l'avis des directeurs de la RWC.

La fédération japonaise voit enfin ses efforts récompensés. Certes les arguments de la JRFU n'auront pas suffi à convaincre le Board pour 2015 (il apparaissait très délicat en termes financier de lui confier cette édition compte tenu que la Coupe du monde 2011 ne dégagera pas de bénéfices) mais pour les dirigeants japonais cette désignation est une grande victoire. L' Angleterre s'est donc naturellement imposée comme le choix de la raison pour 2015, les deux autres candidats étant hors jeu. L' Afrique du Sud ne présentait pas suffisamment de gages de retombées financières (en effet, seul le fuseau horaire européen est à même d'assurer des droits télévisuels importants) et l' Italie s'est vue trop peu soutenue dans les couloirs du Board pour espérer quoi que ce soit.