Coupe d'Europe

Réforme des coupes d'Europe - Discussions "constructives" à Paris


Par Fabien Pomiès
Dernière mise à jour Le 13/02/2014 à 12:23 -
Par Fabien Pomiès - Le 13/02/2014 à 12:23
Réforme des coupes d'Europe: Discussions "constructives" à ParisLes représentants des six fédérations majeures européennes et des clubs français et anglais ont tenu mercredi une réunion marquée de "progrès", en vue de l'établissement d'une compétition européenne commune la saison prochaine.
 

Aucun détail concret n'a filtré de cette réunion, qui s'est tenue durant près de cinq heures dans un hôtel de l'aéroport de Roissy-en-France (Val-d'Oise) pour tenter de sortir le rugby européen d'une crise institutionnelle qui n'en finit plus de s'enliser. Mais les clubs anglais, qui refusent jusqu'à présent de participer à la compétition continentale proposée la saison prochaine, ont affirmé dans un communiqué que "la réunion avait été constructive" et que "des progrès avaient été enregistrés avec toutes les parties". La Fédération galloise (WRU) a également qualifié ce rendez-vous de "positif et constructif", se déclarant "confiante que les progrès réalisés conduiraient à une issue positive pour tous les actionnaires". "Cet optimisme prudent est fondé sur une structure détaillée d'actions qui seront menées immédiatement", ajoute la WRU dans un communiqué.

Cette réunion était la deuxième en présence des clubs anglais et français depuis leur annonce commune, le 22 septembre, de la création de la Rugby Champions Cup (RCC), compétition dissidente face à la Coupe d'Europe existante, organisée par l'ERC. Ce front s'était toutefois fissuré fin novembre quand la LNR avait accepté de ne pas lancer la RCC dès la saison prochaine. Le principe était alors de disputer durant une saison "de transition" une Coupe d'Europe toujours placée sous l'égide de l'organisateur actuel, l'ERC, mais remodelée selon les contours de la RCC: 20 clubs (au lieu de 24), qualification méritocratique (et non avec des quotas pour Irlandais, Ecossais, Gallois et Italiens), bénéfices redistribués différemment, et plus grande participation des clubs à la gouvernance du tournoi.

Les clubs anglais souhaitent notamment obtenir des garanties sur l'instance qui chapeautera le futur tournoi. Le noeud principal reste toutefois celui du contrat de diffusion. Signé unilatéralement par la Ligue anglaise avec l'opérateur British Telecom pour la RCC, il entre en conflit avec celui que l'ERC a paraphé avec Sky.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×