Coupe d'Europe

Reforme Coupes d'Europe: Les Celtes se positionnent


Par Midi Olympique
Dernière mise à jour Le 26/09/2013 à 17:33 -
Par Midi Olympique - Le 26/09/2013 à 17:33
Les Celtes se positionnentJusque-là plutôt discrètes, les nations celtes ont réagi à la crise qui frappe l’organisation de la Coupe d’Europe. Ecossais, Gallois et Irlandais jouent l’apaisement.
 

Jusque-là, Français et Anglais occupaient le devant de la scène médiatique, dans la crise majeure que traverse la Coupe d’Europe sous ses différents formats évoqués. Dans le viseur du duo franco-anglais, les pays celtes s’étaient fait jusque-là plutôt discrets, se contentant d’observer les réactions de l’ERC, l’IRB et des fédérations française et anglaise de rugby à l’annonce de la création, la semaine dernière, de la Rugby Champions Cup censée remplacer la H Cup.

Ce jeudi et via des communiqués publiés simultanément sur les sites des fédérations galloise, irlandaise et écossaise, les Celtes ont finalement réagi. Avec un fil conducteur: H Cup ou Rugby Champions Cup, il faut absolument qu’une Coupe d’Europe se tienne la saison prochaine. Pour le reste, les trois nations s’en remettent au positionnement de l’IRB, qui a clairement affiché son agacement suite à l’annonce de la création de la RCC, sans autre forme de concertation, à l’initiative des Anglais et appuyée par le Ligue nationale de rugby en France.

Revenir autour de la table

Par la voix de son président Bernard Lapasset, lundi dans les colonnes de Midi Olympique, l’IRB ne fermait toutefois pas complètement la porte à la création d’une nouvelle Coupe d’Europe. "Nous n’en sommes pas au stade de la décision, précisait-il alors. Il nous faut d’abord entendre les desiderata de chacun pour entamer ensuite des négociations". En clair, rien d’impossible, ni en faveur d’une préservation de la H Cup, ni dans le sens de la création d’une nouvelle compétition.

C’est la ligne de conduite qu’ont décidé de suivre les Fédérations celtes. Si rien n’est impossible, l’IRFU (Irlande) et la SRU (Écosse) ouvrent leur communiqué en assurant que leurs provinces respectives "ne participeront pas à une compétition qui ne bénéficie pas du soutien entier de l’IRB". Avant d’appeler les différents protagonistes à revenir aux négociations, évoquant les volontés de "travailler avec tous les collègues européens et de voir tous les partis revenir autour de la table pour s’engager pleinement dans des négociations sensées et efficaces". Les Gallois, de leur côté, ont précisé qu'ils ne permettront pas à leurs clubs de prendre part à un tournoi non-validé par l'IRB. Un pas en avant de la part des nations celtes, qui jouent l’apaisement dans ce dossier explosif. Reste à évoquer le concret, soit les négociations en elles-mêmes, pour espérer une sortie de crise rapide.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×