Pierre Bérard - Montpellier - janvier 2013 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe > - Montpellier

Montpellier: Et revoilà Bérard !

Montpellier: Et revoilà Bérard !

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/01/2014 à 12:21 -
Par Clément Mazella - Le 17/01/2014 à 12:21
Incontournable lors de la folle épopée montpelliéraine il y a trois ans, Pierre Bérard a vécu un contrecoup brutal avec l'équipe fanion. Il revient sur son parcours et son retour au premier plan cette saison.
 

Dur dur de s'imposer dans le Top14 quand on est un jeune joueur. On aurait presque envie de dire, à plus forte raison quand on est un jeune joueur français. Car exploser au plus haut niveau est une chose, s'y maintenir en est une autre. Pierre Bérard en sait quelque chose, car il en a fait l'amère expérience. Vingt-quatre apparitions avec l'équipe fanion en 2010-2011 (22 en Top14, 2 en Challenge européen), seulement quatre la saison suivante. "J'avais fait une année quasi blanche, ce n'est jamais facile. Dans ces moments-là, on doute forcément, on trouve le temps long. J'ai eu la chance d'avoir mes amis autour de moi, quelques joueurs proches qui m'ont soutenu", se souvient l'arrière. Passé d'une saison pleine avec les professionnels à un retour par la case Espoirs, Il a dû s'armer de patience.

Et évidemment effectuer une grosse remise en question personnelle, jamais chose aisée à un si jeune âge. "Je n'avais pas fait un bon début de saison cette année-là, et Lucas Amorosino qui venait d'arriver était exceptionnel. J'avais échangé avec les coachs, je me suis remis au travail. Il ne faut pas se dire que c'est la faute d'un autre, mais s'en prendre à soi-même et faire les efforts conséquents pour revenir sur les terrains", explique-t-il. Le genre d'épreuve qui ne peut que renforcer le mental d'un joueur. Aujourd'hui, Pierre Bérard est armé pour réussir.

Presque une surprise

Revenu dans les bonnes grâces du staff l'année dernière (21 apparitions dans le groupe), Pierre Bérard, qui aurait pu songer à s'exiler mais dont "le choix premier reste Montpellier", a même signé un nouveau contrat. Plus confiant, il avance désormais avec quelques débuts de certitudes. "Les dirigeants sont contents de moi, et depuis que je suis revenu de blessure je joue presque tous les matchs, le constat est positif", analyse-t-il tout simplement. Un retour au premier plan sur lequel tout le monde n'aurait pas nécessairement parié la saison dernière. Face à l'éclosion de Benoit Sicart en fin de saison dernière, et au recrutement d'Anthony Floch, Bérard fait de la résistance.

Une situation qu'il a vu arriver sereinement: "Les coachs m'avaient fait part de leur intention de recruter à mon poste, et de nous installer comme deux numéros un au poste." Il a même parfaitement su tirer son épingle du jeu, profitant toutefois de conditions "favorables", puisqu'entre les blessures de Sicart, et les quelques mésaventures de Floch, Pierre Bérard fait mieux que bonne figure. Il relativise néanmoins: "La saison est longue, on peut être au top et passer à travers par la suite. On n'est jamais installé, et il faut se dire que ça peut vite changer." Sérénité et confiance, tout ce dont le MHR a besoin en ce moment. "On va jouer cette rencontre contre Trévise à fond pour se rassurer, et par la suite essayer de rattraper les points perdus en championnat. A nous de bien jouer ce match-là pour repasser tranquillement au Top14 ", conclut-il.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×