Trophée H Cup - 2012 - Aviva Stadium - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

H Cup - France et Irlande en force, léger recul anglais

France et Irlande en force, léger recul anglais

Par Fabien Pomiès
Dernière mise à jour Le 20/01/2014 à 10:50 -
Par Fabien Pomiès - Le 20/01/2014 à 10:50
Sur les huit équipes qualifiées pour les quarts de finale de la H Cup, six d'entre elles sont françaises ou irlandaises. Une position de force face aux Anglais.

La France et l'Irlande seront les nations les mieux représentées en quarts de finale de la Coupe d'Europe, avec trois équipes qualifiées chacune, tandis que les clubs anglais, au nombre de deux, connaissent un léger recul par rapport à l'an passé. Ce bilan sportif va sans aucun doute faire l'objet de nombreux commentaires alors que des négociations éminemment politiques patinent sur l'avenir des compétitions européennes la saison prochaine.

Les clubs anglais, qui refusent toujours de s'engager dans la compétition la saison prochaine en estimant que leur poids économique et financier n'est pas récompensé à sa juste valeur, devront admettre qu'ils ne sont pas en position de force sur le plan sportif. Après avoir qualifié trois équipes la saison dernière, l'Angleterre n'a placé cette année que ses champions de Leicester et les Saracens qui sont les deux "moins bons" des huit qualifiés. Ils ont tous deux terminé deuxièmes de leurs poules et se déplaceront en quarts de finale, pour tenter de ramener un titre qui n'est plus revenu dans le Royaume depuis celui des London Wasps en 2007. Les équipes françaises et irlandaises, qui se sont partagées tous les titres depuis 2007, ont, elles, confirmé leur rang, proposant deux chocs franco-irlandais fort alléchants.

Un goût d'inédit

Le bouillant stade Mayol sera l'arène d'un Toulon-Leinster inédit entre le champion en titre varois et les Dublinois qui ont raflé quatre titres continentaux en cinq ans (Coupes d'Europe 2009, 2011, 2012, Challenge européen 2013). En cas de qualification, les Français recevront -vraisemblablement au stade Vélodrome de Marseille- le vainqueur d'un autre choc majuscule entre le Munster et Toulouse qui opposera au Thomond Park de Limerick six couronnes européennes: les quatre des Haut-Garonnais (1996, 2003, 2005, 2010) et les deux des Irlandais (2006, 2008).

Les deux équipes ne se sont plus affrontées depuis la finale 2008 remportée par les Munstermen (16-13). Les Toulousains, qui avaient manqué la phase finale l'an dernier, restent de leur côté sur trois défaites en cinq quarts à l'extérieur, la dernière fois à Edimbourg en 2012. Ils auront donc fort à faire face à des Irlandais en pleine renaissance avec des grognards toujours présents et une jeune génération déjà ambitieuse. Autre quart de finale inédit, Clermont recevra les champions d'Angleterre de Leicester, qu'ils n'ont jamais affronté en phase finale. En six confrontations européennes, les Auvergnats n'ont battu que deux fois les "Tigers". Mais ces victoires ont été remportées lors des deux dernières venues des Anglais, en matches de poule en 2010 (40-30) et en 2012 (30-12).

Revanche pour l'Ulster

Or, les "Jaunards" ont signé dimanche face au Racing-Métro leur 71e victoire consécutive au stade Marcel-Michelin. Ils joueront, en revanche, une éventuelle demi-finale à l'extérieur chez le vainqueur de la confrontation entre les Saracens et l'impressionnante équipe d'Ulster, la seule à avoir bouclé la phase de poule avec six victoires dont une à Leicester samedi, où personne ne s'était imposé en Coupe d'Europe depuis octobre 2006 ! Les Ulstermen, sacrés en 1999 et finalistes en 2012, auront soif de revanche après s'être faits éliminer la saison dernières à Londres par ces mêmes Saracens (27-16).

L'histoire a cependant montré que recevoir en quart constituait un avantage considérable: en 17 éditions de la compétition avec des quarts (la première n'en avait pas), seules deux équipes ont été sacrées après avoir joué leur premier match de phase finale à l'extérieur (le Munster en 2008, le Leinster en 2009). Gallois, Italiens et Ecossais seront, eux, une nouvelle fois spectateurs de la phase finale. Aucune de leurs équipes n'a passé le cap de la première phase. Pire, aucune d'entre elles n'a même pu terminer deuxième de poule et être reversé en quart de finale du Challenge européen. Illustration d'un rugby européen plus que jamais à deux vitesses à l'heure de décider de son avenir.

 
 

commentaires


  • djamel3523/01/2014 19:54

    Encore une fois, si le champion en titre (même avec une seule paricipation) n'était pas tête de série ce serait ubusesque !

  • djamel3523/01/2014 09:10

    Le RCT est tenant du titre, s'il n'était pas tête de série ce serait à n'y plus rien comprendre ! Une prime a l'ancienneté ne veut pas dire qu'il faut 10 ans de présence en HCup, ça veut juste dire qu'une équipe qui se qualifie pour la première fois ne sera pas tête de série et sera donc dans une poule relevée (comme Toulon en 2011, comme vous l'avez vous-même souligné) Après si vous voulez que j'écrive que Toulon est le plus grand club du monde, moi je veux bien, je ne suis pas Toulonnais mais j'étais content de les voir remporter la finale l'an passé (même si sur le contenu, j'aurais préféré voir Clermont l'emporter).

  • ReloadedUther21/01/2014 11:00

    Enfin, si tu t'es régalé avec le match de samedi, franchement, on ne doit pas avoir la même définition de ce mot. Je ne dis pas que ce que fait le RCT est facile ou que ces joueurs sont mauvais, mais ce jeu très restrictif à une ou deux passes a deux inconvénients majeurs : 1. C'est pas spectaculaire du tout et on s'ennuie ferme. 2. Cela ne te met pas à l'abri d'un retour en fin de match comme ça a failli être le cas si Lamont je crois avait été moins gourmand. Au passage, déjà à Cardiff le RCT avait perdu sur un essai en toute fin de match alors qu'ils avaient dominé et je suppose que c'est le même scénario qui s'est produit face au FCG (Je n'ai pas vu le match). Avec des avants conquérants comme ce fut le cas et compte tenu de la qualité des 3/4 du RCT, il y avait quand même moyen de faire mieux non ? Au final, moi qui était un spectateur neutre, si les Ecossais avaient égalisé j'aurai trouvé ça plutôt moral même si pas forcément mérité. Et si ce match ne fut pas le pire que j'ai vu, c'est surtout grâce aux Ecossais. On connaissait Laporte depuis son passage en EDF mais depuis il a encore plus restreint le jeu. Tu me parles d'être Champion d'Europe et donc ? Franchement, que retenir de la campagne du RCT l'an passé à part que le nom du RCT apparaît sur un palmarès ce dont globalement tout le monde se moque ? Aucun essai contre Leicester, rien contre les Saracens et un seul en finale en ayant défendu tout le match. Pire que l'absence d'essai c'est surtout ce jeu défensif poussé à l'extrême avec aucune intention de construire quelque chose qui est frustrante au regard de la qualité des 3/4 alignés. Moi, je ne suis pas assez "supporter" pour me contenter de ce genre de spectacle. Si ça te suffit eh bien tant mieux mais je pense que le rugby mérite mieux.