Brock James - Clermont - 2014 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Demi-finale H Cup - Les cinq raisons de croire que Clermont peut s'imposer aux Saracens

Les cinq raisons de croire que Clermont peut s'imposer aux Saracens

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/04/2014 à 12:30 -
Par Fabien Pomiès - Le 24/04/2014 à 12:30
Le défi qui attend Clermont à Twickenham est immense. Face aux féroces Saracens, leaders du championnat anglais, Clermont devra se sublimer pour voir Cardiff et disputer une deuxième finale de H Cup. Mais nous avons trouvé cinq raisons de penser que Clermont a les moyens de créer l'exploit.
 

Clermont n'a jamais perdu contre les Saracens en H Cup

Les deux équipes s'affrontent pour la quatrième fois en H Cup, et Clermont mène trois victoires à zéro. En avril 2012, Clermont s'imposait 22-3 en quart de finale de H Cup à Vicarage Road. Clermont verrouillait en défense, dominait les Anglais dans l'engagement physique, et s'imposait sans trembler grâce à un essai de Lee Byrne et un grand Brock James. Lors de l'édition 2010-2011, les deux équipes figuraient dans la même poule. Clermont s'imposait à l'aller et au retour. Le premier face à face a eu lieu en quart de finale aller-retour du Bouclier européen, édition 2003-2004. Rougerie était déjà là. Clermont s'inclinait en Angleterre mais se qualifiait au goal-average.

Les Saracens n'ont jamais remporté de demi-finale de H Cup

Déjà présents en demi-finale en 2008 et 2013, les Saracens ont chuté deux fois, malgré l'avantage du terrain. La saison dernière, Toulon s'est imposé à Twickenham (24-12). En avril 2008, c'est face au Munster que se sont inclinés les Saracens, battus 18-16.

L'expérience est pour les Auvergnats

Puissance montante de la scène continentale, Clermont dispute sa troisième demi-finale d'affilée. Après la cruelle défaite face au Leinster à Bordeaux en 2012, les Auvergnats ont su franchir l'avant-dernière marche, en dominant le Munster l'an dernier à Montpellier. Cette montée en puissance est l'œuvre d'un groupe quasi inchangé, désormais familier de ces événements à fort enjeu. Et si Clermont est au complet, son effectif semble plus riche que celui des Londoniens. L'historique des deux adversaires en H Cup est favorable à Clermont, qui compte une vingtaine de matches de plus que les Saracens.

Des parcours très différents

Clermont s'est extirpé d'une poule extrêmement relevée en disposant du Racing Métro, des Harlequins et de Llanelli. Défaits à Colombes lors de la première journée, les Clermontois ont remporté tous leurs matches depuis. Une série de six victoires d'affilée, dont deux à l'extérieur en Angleterre et au pays de Galles, et le succès face à Leicester en quart.

Huitième et dernier qualifié, le club anglais a bien failli ne pas voir les quarts de finale. Dans une poule pourtant plus abordable que celle de Clermont, qui rassemblait Toulouse, les Irlandais du Connacht et les Italiens de Zèbre. Et leur succès en quart de finale à Belfast (17-15) doit beaucoup au carton rouge infligé en tout début de match au joueur de l'Ulster Jared Payne. Cette qualification à l'arraché des Saracens a eu le mérite d'éviter à Clermont une demi-finale face à l'Ulster, numéro 1 à l'issue de la première phase et épouvantail de la compétition. La rencontre aurait eu lieu à l'Aviva Stadium de Dublin, où l'environnement aurait été beaucoup plus hostile que ne le sera Twickenham aux deux tiers vide. La saison dernière en demie face à Toulon, 25 000 spectateurs avaient assisté à la rencontre. C'est peu pour une enceinte de 82 000 places...

L'exemple Toulouse

Les Saracens progressent au fil des saisons, et ne sont évidemment plus la même équipe que lors du succès auvergnat en quart de finale il y a deux ans. Soutenus par la puissance financière de leur propriétaire sud-africain, ils sont en passe de prendre le pouvoir en Angleterre. Emmenés par l'inoxydable Steve Borthwick, le scoreur Chris Ashton (9 essais en H Cup cette saison), l'ouvreur du XV de la Rose Owen Farrell, et la puissance des frères Vunipola, les Londoniens ont bâti une équipe redoutable. Mais Toulouse, lors de la phase de poules, a su contrer cette équipe sur ses points forts, et s'imposer 17-16 en Angleterre. Agressivité, défi physique, discipline. Clermont devra remporter la guerre de la ligne d'avantage pour disputer une deuxième finale d'affilée.

Joie Ti'i Paulo - Clermont Leicester - 2014
Joie Ti'i Paulo - Clermont Leicester - 2014 - DPPI
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×