Drew Mitchell - Toulon Munster - 27 avril 2014 - DPPI
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Demi-finale H Cup, l'antisèche - A côté du RCT, le Munster est devenu quelconque

A côté du RCT, le Munster est devenu quelconque

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/04/2014 à 23:41 -
Par Fabien Pomiès - Le 27/04/2014 à 23:41
Si impressionnants en quart de finale face aux Toulousains, les Munstermen n’ont jamais semblé en mesure d’inquiéter les Toulonnais (24-16). Notre antisèche.

Le jeu: Toulon a rendu le jeu du Munster stérile

Où va s’arrêter le RCT  ? Voilà ce que doivent se demander les futurs adversaires des Toulonnais. Ces dernières semaines, les Varois montent clairement en puissance et sont tout simplement impressionnants. Certes, ils n’ont pas réussi la même démonstration offensive que les Sarancens samedi face à Clermont dans l’autre demie (46-6). Pour autant, il se dégage de ce groupe une impression de puissance et de force collective qui parviendraient presque à remettre en cause l’idée selon laquelle le doublé H Cup-Top 14 est impossible.

On disait les Munstermen sûrs de leur fait et particulièrement redoutables sur les ballons portés  ? Face à des Toulonnais parfaitement en place en défense, cette arme fatale n’a jamais fait mouche. Et à l’exception de Simon Zebo, les Irlandais ont été réduits au silence. La faute à une belle efficacité au plaquage des hommes de Bernard Laporte (93% de réussite) mais aussi du travail dans les rucks de Mathieu Bastareaud et Steffon Armitage. Devant au score du début à la fin, les Toulonnais ont paru maîtriser leur sujet, sans jamais s’affoler. Impressionnant.

Les joueurs: Bastareaud survolté, Kilcoyne dans le dur

Élu fort logiquement homme du match, le centre de Toulon, Mathieu Bastareaud a rendu une copie XXL. Plaquant à tour de bras (10), grattant de nombreux ballons dans les rucks et se proposant également lancé pour aller agresser la défense adverse, il n’a pas ménagé ses efforts. Roi des tâches obscures, le troisième ligne Steffon Armitage a également fourni un travail considérable et envoyé encore un signe fort au sélectionneur anglais, Stuart Lancaster, en vue de la prochaine Coupe du monde. Difficile également de ne pas souligner la prestation de Jonny Wilkinson, auteur d’un quasi sans-faute au pied (6/7) et dont le drop contré en fin de match n’a finalement eu aucune incidence. En une cinquantaine de minutes de jeu, l’ailier springbok, Bryan Habana, a montré des choses intéressantes avec notamment trois franchissements. Son retour en forme pourrait être un plus pour la fin de saison du RCT. Aligné en deuxième ligne, Danie Rossouw a commis quelques fautes de main. Enfin, malgré une belle activité, Juan Martin Fernandez Lobbe, a été trop souvent sanctionné par l’arbitre.

Annoncé comme le joueur le plus dangereux, l’ailier Simon Zebo s’est montré plutôt à son avantage en franchissant une fois le rideau défensif toulonnais (seul Earls a également réussi) et surtout en inscrivant le seul essai de la rencontre. Le centre Casey Laulala a tenté, sans pourtant parvenir à prendre à défaut les Varois. Du côté de la charnière, le duo Murray-Keatley s’est plutôt bien comporté tout comme les troisième ligne Dougall et Coughlan. Le pilier gauche Dave Kilcoyne, lui, a vécu un véritable calvaire en mêlée fermée face à Carl Hayman (3 pénalités). Alors que l’ailier Keith Earls s’est rendu coupable de deux fautes assez grossières dont celle qui lui a valu un carton jaune après avoir plaqué David Smith sans ballon. Ce dernier partait à l’essai.

Mathieu Bastareaud - stade français toulon - 30 novembre 2013
Mathieu Bastareaud - stade français toulon - 30 novembre 2013 - DPPI

Le tournant qui n’a pas eu lieu: Le Munster s'est cassé les dents sur un mur

Le Munster a très rarement semblé mettre en danger Toulon ce dimanche à Marseille. En ce sens, la 72e minute de la rencontre est assez révélatrice de la physionomie. Les Munstermen obtiennent une touche à cinq mètres de l'en-but varois. Le lancer est parfaitement assuré et les Irlandais tentent un ballon porté qui n'avance pas d'un centimètre. Puis, après plusieurs pick and go, les coéquipiers de Paul O'Connell se cassent les dents sur la muraille rouge et perdent même le ballon au contact. Zebo se retrouve alors à tenter de relancer, sans succès, au niveau du milieu de terrain. Leur chance était passée...

Le tweet avec de la suite dans les idées

Pas dans le groupe toulonnais pour cette demi-finale, le demi d'ouverture Frédéric Michalak a savouré avec ses coéquipiers cette qualification pour la finale de la H Cup. Et il s'est déjà mis à rêver de décrocher un cinquième titre européen.

La stat: 4

Le RCT et l'Europe, c'est devenu en quelque sorte une histoire d'amour ces dernières années. Les Varois vont disputer leur troisième finale européenne en cinq ans (1 fois en Challenge, 2 fois en H Cup).

La question: Toulon a-t-il réellement les moyens de faire le doublé ?

Sur la forme de ces dernières semaines et sur l'impression de puissance que dégage le RCT malgré quelques absences de marque (Botha, Sheridan, Masoe), on peut légitimement penser que les Varois ont les armes pour réussir le doublé H Cup-Top 14. L'an passé, après l'euphorie du titre européen, le groupe de Bernard Laporte avait naturellement eu un relâchement en finale de Top 14 contre Castres. Seulement voilà, la plupart des stars que Toulon compte dans son effectif n'ont pas encore remporté le Bouclier de Brennus. On sait que ce trophée a une valeur toute particulière pour des joueurs au palmarès pourtant déjà bien garni comme Jonny Wilkinson ou Bakkies Botha. Les hommes du président Mourad Boudjellal ont connu des moments très compliqués dans la saison (suspension de Laporte, critique de sa mêlée...) et se sont soudés. Et force est de constater qu'ils montent en régime ces derniers temps. Avec le retour en forme de Bryan Habana entre autres, oui, Toulon en a les moyens aujourd'hui.

Jonny Wilkinson - Toulon-Munster - 27 avril 2014
Jonny Wilkinson - Toulon-Munster - 27 avril 2014 - Icon Sport