William Servat - toulouse - 30 novembre 2013 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe > - Toulouse

6e journée H Cup, Stade toulousain - William Servat: "Quand tu ne respectes pas ton adversaire…"

Servat: "Quand tu ne respectes pas ton adversaire…"

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/01/2014 à 15:24 -
Par Fabien Pomiès - Le 16/01/2014 à 15:24
Avant le déplacement sur le terrain des Zebre, William Servat, l'entraîneur des avants de Toulouse, a mis en garde les siens contre un manque d'humilité.
 

Ce match face aux Zebre représente-t-il un piège après deux performances très abouties face à Clermont et aux Saracens ?

William SERVAT: Cela pourrait effectivement ressembler à un piège si on ne préparait pas cette rencontre comme on le doit mais il y a suffisamment de personnes d’expérience au sein du club pour ne pas tomber dans le panneau. On a déjà eu droit à notre faux pas face au Connacht, à domicile, et on a bien conscience que se serait une énorme déconvenue que de mal aborder ce match. On sait que les Italiens ont des vertus et des qualités qui peuvent leur permettre de nous poser de gros problèmes. C’est une équipe qui a du caractère et comme le rugby est un sport de combat il faudra être présent à ce niveau-là.

Pas d’excès de confiance donc…

W.S.: La dernière fois que le Connacht est venu, j’ai entendu plusieurs journalistes dire qu’on allait leur en mettre cinquante. Personnellement, je faisais partie de l’équipe de France qui s’est inclinée pour la première fois en Italie et je me souviens, là encore, que tout le monde faisait ses calculs pour savoir combien de points on allait leur passer. Je n’ai pas oublié cette défaite et ce genre de souvenirs me permet de mieux préparer ce match. Quand tu ne respectes pas ton adversaire tu passes souvent à côté du match.

" A l'aller, nous n'avions pas vu le ballon lors des dix premières minutes"

Est-ce plus facile tout de même de travailler après deux victoires probantes ?

W.S.: Oui, on travaille avec un peu plus de facilité quand les choses s’enchaînent bien. Mais ce match va marquer la fin d’une plage de travail avec tout notre effectif et on sait que l’on va rentrer dans une autre logique avec l’absence de nos internationaux.

Le Stade toulousain a son destin en mains pour s’offrir un quart de finale à domicile. Est-ce un objectif primordial ?

W.S.: Bien évidemment. Le club a des ambitions et a mis des moyens énormes à notre disposition. L’équipe s’est donnée la possibilité d’être dans cette position là et on va tout faire pour ne pas la galvauder. A nous de mettre les ingrédients qu’il faut. Ce match est capital pour nous. A l’aller, je vous rappelle que nous n’avions pas vu le ballon lors des dix premières minutes. On se méfie vraiment de cette équipe et on pense sincèrement qu’elle peut nous mettre en danger.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×