Nyanga - Trevise Toulouse - 20 octobre 2012 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Toulouse-Trévise (35-14) - Toulouse, un bonus et c'est tout

Toulouse, un bonus et c'est tout

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/01/2013 à 18:47 -
Par Rugbyrama - Le 13/01/2013 à 18:47
Malgré une domination en mêlée, Toulouse s'est montré brouillon et maladroit pour dompter Trevise (35-14). Le bonus offensif sauve les apparences.
 

A la peine offensivement depuis plusieurs semaines, le Stade toulousain n'a pas su profiter de la réception de Trévise pour retrouver quelques certitudes. Pourtant bien entrés dans la rencontre, avec un essai inscrit dès l'entame de match par Gary Botha sur un groupé pénétrant (5e), les Toulousains ont ensuite manqué d'imagination. Pas vraiment aidés par la pluie, ils ont enchaîné les fautes de main, offrant quelques bons ballons de relance aux Italiens qui n'en demandaient pas tant. Opportuniste, Benvenuti a profité d'un en-avant de Huget pour partir seul en contre inscrire un essai de près de 80 mètres (11e). Plutôt dominateurs, les joueurs de Guy Novès s'en sont remis à la mêlée, gros point positif de cette après-midi. Et c'est après une énième pénalité sifflée contre le pack trévisan que Patricio Albacete filait dans l'en-but (31e). Mais là encore, Toulouse ne parvient pas à enchaîner et laisse le Benetton revenir dans la partie. Indisciplinés et imprécis, notamment en touche (4 lancers perdus sur 12), les champions de France en titre ont concédé beaucoup trop de pénalités. Tobias Botes ne se faisait pas prier pour ramener les siens à égalité juste avant la pause (39ème).

Toulouse au forceps

Revenu tambour-battant, Toulouse entame la deuxième période comme la première: par un essai. Une fois n'est pas coutume, c'est une diagonale au pied de McAlister qui permettait à Vincent Clerc d’aplatir en coin (45e). La suite ressemblait comme deux gouttes d'eau à ce que l'on a vu durant les quarante premières minutes. Des fautes de main, de la précipitation et un manque criant de mouvement autour du porteur du ballon. Pendant ce temps, Trévise n'existait plus physiquement et ne sortait plus de son camp. McAlister, encore lui, en profitait pour allonger une passe et trouver Florian Fritz (61e). L'essentiel est bien là, le point du bonus offensif. Pour le reste, il faudra espérer que les Toulousains sauront élever le niveau à Leicester, la semaine prochaine. Car même si Yohan Huget a donné un peu plus d'allure au succès des siens, dans les dernières secondes (81e), le Stade Toulousain ne s'est pas vraiment rassuré avant d'aller défier les Anglais pour la qualification.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×