Fritz - Toulouse Ospreys - 8 décembre 2012 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Toulouse n'oublie pas le bonus

Toulouse n'oublie pas le bonus

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/12/2012 à 17:11 -
Par Rugbyrama - Le 08/12/2012 à 17:11
Un temps bien contré par les Ospreys, Toulouse a fait parler sa puissance pour s'imposer et rester en tête de sa poule (30-14). Avec en prime le bonus offensif.
 

30-14, point de bonus offensif en poche: Toulouse a fait le boulot face aux Ospreys. Sereins, les coéquipiers de Nyanga ont donc enchaîné un troisième succès en autant de rencontres et ainsi conforté leur première place en tête de la poule 2, en attendant certainement la victoire de Leicester face à Trévise.

Toujours est-il qu’à une semaine du match retour au pays de Galles, le Stade toulousain a frappé fort en prenant un net ascendant psychologique. Car globalement, le rendu final est très correct. Comme attendu, le pack toulousain a dominé son adversaire dans l’épreuve de force. Malheureusement, la sensibilité moins accrue d’Alain Rolland en mêlée en comparaison avec un arbitre français n’a pas permis aux Rouge et Noir de réellement pouvoir en profiter. Qu’importe, ils avaient d’autres arguments à faire valoir. Et notamment la discipline avec seulement cinq pénalités concédées (3+2). Si l’on ajoute à cela une possession et une occupation quasi-permanentes, il était bien difficile pour les Gallois de rivaliser. Etouffés par le rythme sur les vingt-cinq premières minutes, les Ospreys ont pris l’eau. Avançant sur chaque impact et parvenant à enchaîner les temps de jeu, les Toulousains ont rapidement pris les devants. Et bizarrement, les deux premiers essais de Fritz (7-0, 8e) et Nyanga (12-0, 16e) ont été inscrits à zéro passe.

Pas de tergiversation pour le bonus

Alors que l’on aurait cru les Haut-Garonnais partis pour dérouler, la machine s’est anormalement grippée à un quart d’heure de la fin du premier acte. Acculés dans leur camp, beaucoup moins agressifs en défense, ils ont laissé les Gallois revenir dans la partie (12-7, 33e), emmenés notamment par Ryan Jones et Fotuali’i très en vue. Heureusement, les Toulousains ont remis le bleu de chauffe dès la reprise, asphyxiant littéralement leurs adversaires. Stériles dans un premier temps, ils ont par la suite pris dessus, Clerc remettant les siens dans le bon sens (17-7, 56e). Et à l’inverse du match à Trévise, les Stadistes n’auront pas tergiversé au moment d’aller cueillir le bonus offensif, quasiment dans la foulée avec Johnston (22-7, 63e).

La suite, avec les essais de Huget (27-7, 74e) et Bevington (27-14, 77e) ne sera qu’anecdotique, le Stade toulousain remportant haut la main une rencontre dominée de la tête et des épaules pendant 65 minutes. Désormais, il faudra confirmer la semaine prochaine pour entrevoir une qualification pour les quarts. Mais il faudra également faire le point sur les blessés, Fritz (22e) et McAlister (61e) ayant quitté prématurément leurs partenaires.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×