Dusautoir - Toulouse Leicester - 14 octobre 2012 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Toulouse: la balle de break

Toulouse: la balle de break

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/10/2012 à 08:57 -
Par Rugbyrama - Le 17/10/2012 à 08:57
Après une victoire probante face à Leicester pour son entrée dans la compétition européenne, Toulouse peut effectuer un premier écart en tête du groupe, ce samedi à Trévise. A condition de faire le plein de points...
 

Un soulagement. En s'imposant de manière convaincante malgré les conditions climatiques délicates contre Leicester dimanche, le Stade toulousain a soigné son entrée en matière dans l'édition 2012-2013 de H Cup. Et même privé son adversaire d'un précieux bonus. "C’est un peu la cerise sur le gâteau parce que nous sommes en compétition pour la première place, admet le capitaine Thierry Dusautoir sur le site internet du club. On connaît la qualité de l’effectif de Leicester, cela aurait été dommage qu’il marque cet essai synonyme de bonus défensif". Libérés après cette première journée, les champions de France peuvent désormais regarder l'avenir proche dans la compétition avec sérénité. "Nous sommes satisfaits et allons maintenant  préparer le déplacement à Trévise", note juste Dusautoir.

Novès met déjà en garde

Cela fait douze ans que le Stade toulousain n'avait pas affronté de formation italienne en phases de poule. Alors cette fois, le club ne veut pas laisser cette chance... Même si Guy Novès, jamais avare de bons mots, a commencé à mettre en garde ses troupes dimanche soir: "Trévise, chaque année, s'offre une grosse équipe, est toujours capable d'une grosse performance. Gagner à Trévise est aujourd'hui devenu un exploit. On peut passer à côté". Le manager toulousain fait notamment référence à la victoire des Transalpins l'an passé contre Biarritz (30-26) même si les Basques avaient empoché le bonus offensif. Mais à trop chercher à inscrire les quatre essais, les Biarrots en avaient oublié de l'emporter... Toulouse ne veut pas tomber dans ce piège.

Dusautoir: "Je suis bien placé pour savoir..."

Voilà pourquoi les discours sont à la prudence cette semaine du côté d'Ernest-Wallon. "En jouant en équipe de France, je suis bien placé pour savoir que le rugby italien progresse, explique Dusautoir dans une allusion à la défaite des Bleus à Flaminio en mars 2011. Il y a deux ans, nous avions perdu en Italie et cela avait créé une grosse polémique. Mais pour ce match, nous sommes dans une autre logique, celle du club. Nous ne prenons aucun adversaire de haut car nous savons qu’un match de rugby se joue aussi sur des valeurs et ce serait une grosse erreur de notre part de nous croire victorieux avant d’avoir joué". Par expérience, lui et ses coéquipiers savent aussi qu'il est essentiel d'engranger des bonus en phase qualificative pour assurer un quart de finale à domicile. Ils l'avaient même payé cher ces deux dernières saisons. Si l'occasion se présente...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×