Coupe d'Europe

Toulouse en mode méfiance

Particulièrement prudents au moment de recevoir les Italiens de Trévise, les Toulousains savent pertinemment devoir hausser leur niveau de jeu. Afin d'inscrire un point de bonus offensif ? Pour l'heure, il n'en est pas question...

 
Toulouse en mode méfiance - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

C'est un Stade toulousain au profil bas qui s'est présenté en conférence de presse, cette semaine, du côté d'Ernest-Wallon. Car si les Stadistes savent mieux que personne l'importance d'inscrire, à l'instar des Ospreys et de Leicester, un bonus offensif lors de leur réception de Trévise, ceux-ci se souviennent aussi n'avoir marqué qu'un seul essai lors de leurs quatre derniers matchs. Prétendre en marquer quatre en un seul, dans ces conditions, paraît hautement aléatoire... Voilà pourquoi les Toulousains se sont d'abord appliqués à souligner - à raison - la qualité de la formation italienne. "Trévise battait Leicester jusqu’à la 78e minute, souligne William Servat, de retour à son poste d'entraîneur des avants. Imaginer que ce match serait facile serait une erreur que nous n’allons pas commettre. A l'image de l'équipe d'Italie, Trévise est en plein progrès, constituée de joueurs venus de divers horizons qui lui ont apporté une plus-value".

Retrouvailles avec le public

Pas question pour les Toulousains, dès lors, de sous-estimer pareil adversaire. À la question de savoir si le déplacement à Mont-de-Marsan avait constitué une bonne préparation, Grégory Lamboley apporte ainsi son retour de bâton. "Avec tout le respect que l'on doit à Mont-de-Marsan, Trévise est une équipe qui a un tout autre potentiel. À l'heure de jeu, nous étions menés là-bas, tandis que Leicester a dû attendre la 78e minute pour prendre l'avantage d'un petit point... Même si les Italiens n'ont plus grand-chose à jouer, nous sommes persuadés que ces joueurs vont vouloir se montrer avant le Tournoi des Six Nations, et vont nous rendre la rencontre très difficile".

Reste que, malgré les qualités de l'adversaire, il demeure hors de question pour Toulouse de rester sur un braquet petit bras. D'autant que le Stade effectuera ses grandes retrouvailles avec son public, devant lequel il n'a plus évolué depuis un mois... "On connaît le public toulousain, ses exigences, cadre l'ailier Yoann Huget. Nous allons essayer de lui proposer autre chose que ce que nous avons pu produire lors de ce dernier mois. On ne veut pas se mettre martel en tête et se trouver obnubilé par le fait de marquer quatre essais, mais tout de même essayer de mettre en place un jeu davantage tourné vers l'attaque, en fonction des conditions climatiques de dimanche".

Pas de liaison avec Swansea

En fonction, également, des résultats des adversaires... Toulouse évoluera en effet en même temps que Leicester, pendant le déplacement des Anglais au Liberty Stadium, chez les Ospreys. De quoi envisager un système permettant aux entraîneurs de tenir leurs hommes au courant de l'évolution du score en direct ? William Servat assure que non. "Nous aurons suffisamment de temps après la partie pour nous inquiéter du résultat de Leicester. Pendant le match, l'essentiel sera de nous concentrer sur notre jeu et de trouver les ressources pour offrir des solutions aux joueurs". Afin d'inscrire ces quatre essais qui permettraient à Toulouse de ne pas dépendre des autres...

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |