Armitage - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Toulon démarre en fanfare

Toulon démarre en fanfare

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/10/2012 à 23:19 -
Par Rugbyrama - Le 14/10/2012 à 23:19
Irrésistible, le RCT n'a laissé aucune chance à Montpellier dans ce match comptant pour la première journée de H Cup. Supérieurs dans la dimension physique, les Varois ont inscrit cinq essais. par Gunther, Botha, Delon Armitage par deux fois, et Bastareaud. En face, le MHR a répliqué par l'intermédiaire de Gorgodze.

Le suspense n’aura pas duré longtemps. Quelques minutes, tout au plus, le temps de laisser passer une entame à la faveur des Montpelliérains. Et encore. Avant le match, la simple feuille de match donnait déjà une idée de l’issue du match. Ou moins de l’écart qui figurerait sur le tableau d’affichage à la pause. En se privant des services d’Alex Tulou (au repos) et de Mamuka Gorgodze (sur le banc), les deux perce-murailles de la maison montpelliéraine, le MHR prenait un gros risque. Celui de ne pas être en mesure de trouver de l’avancée sur chacune de ses actions, prémice indispensable à tout mouvement destiné à déstabiliser une défense. Le match, ou au moins la première mi-temps ne fut qu’une simple vérification de cette logique : incapables d’avancer sur leur actions, les Montpelliérains rebondissaient inlassablement sur le mur de la Rade. En face, les Toulonnais impressionnaient encore par leur puissance, et leur redoutable efficacité. Simple exemple : pour deux Toulonnais qui allaient contester la balle dans un ruck, pas moins de quatre Montpelliérains étaient mobilisés pour les contenir...

L’inévitable n’allait pas tarder... Acculés dans leur camp, les Montpelliérains se faisaient surprendre par un coup de pied rasant de Wilkinson pour le flanker Pierrick Gunther qui prenait le meilleur sur l’ailier Yoann Artru. Moins d’un quart d’heure plus tard, l'inusable Bakkies Botha faisait l’étalage de toute sa classe balle en main : après une relance de Delon Armitage (élu homme du match), Vincent Martin assurait la continuité de l’action et résistait à de nombreux plaquages. Le colosse sud-africain, lancé à hauteur, se permettait une feinte de passe pour éliminer l’arrière Pierre Bérard. Score à la pause : 18-3. La soirée montpelliéraine promettait d’être longue, très longue...

Le banc montpelliérain n’y fit rien...

Au retour des vestiaires, l’arrière Delon Armitage profitait d’un surnombre en bout de ligne pour marquer. Avant de se relever, l’Anglais adressait un clin d’oeil à son fils en mimant de tenir une manette de jeu vidéo dans ses mains: Toulon s’amusait. Jusqu’au moment où Montpellier fit entrer ses cadres: les entrée de Jgenti et Gorogodze redonnèrent de la vitalité au pack, tandis que celle de Benoit Paillaugue et de Timoci Nagusa redonnèrent de l’allant à la ligne de trois-quart. Cette réaction d’orgueil se matérialisa par l’essai inscrit par Gorgodze, qui s’échappa aux abords d’un ruck pour marquer en solitaire. Le regain de forme n’allait toutefois pas durer. En face, Toulon injectait aussi du sang neuf, et accélérait la cadence. Delon Armitage doublait la mise pour décrocher le bonus offensif sur une situation identique à l’essai qu’il avait marqué une quart d’heure plus tôt. Mathieu Bastareaud enfonça le clou en toute fin de partie en repoussant le deuxième ligne Aliki Fakaté d’un raffût autoritaire pour plonger dans l’en-but... Irrésistibles, ces Toulonnais, qui devront maintenant confirmer à l’extérieur, sur la pelouse de Cardiff, au pays de Galles.