Coupe d'Europe

Racing-Saracens (28-37) - Que de regrets pour le Racing !

Racing Métro 9228 - 37Saracens

Auteur de 3 essais en début de match, le Racing s'est ensuite effondré à cause de son indiscipline, s'inclinant face aux Saracens 37-28. Le Racing est éliminé.

 
Que de regrets pour le Racing ! - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Paradoxale équipe du Racing... Alors que l'on a coutume de dire que les équipes françaises ont tendance à lâcher ou à compter sur les matchs européens pour se refaire la cerise en championnat, c'est le contraire qui semble s'être produit du côté de Colombes. Alors que le niveau de jeu de cette équipe et sa difficulté récurrente à marquer des essais faisaient s'interroger les spécialistes, il semble que les hommes de Gonzalo Quesada aient choisi la période des fêtes pour arriver fin prêts pour la H-Cup. Les deux dernières sorties, contre Agen et à Toulon, leur ont permit de se refaire une santé au meilleur moment.

Le Racing à la relance

Et pour le coup, nous n'avons pas vraiment reconnu cette équipe. Nous étions tellement habitués à voir celle-ci dominer par ses avants, sa défense et son "réalisme", que les trois essais marqués à cette pourtant grosse équipe des Saracens en l'espace de 15 minutes apparaissaient comme une agréable surprise. Trois essais de superbe facture et marqués soit sur des actions construites de longue haleine (Ducalcon, 7e) soit sur des relances de fond de prairie (doublé de Juan Imhoff, 15e et 21e). Une folie offensive que nous n'avions pas vu depuis longtemps du côté des Ciel et Blanc. D'autant plus que le Racing faisait montre dans le même temps de ses qualité habituelles pour mettre les Anglais sous l'éteignoir.

Farrell vainqueur par K.O.

Seulement voilà, les joueurs du Racing ont oublié que si l'on souhaite l'emporter en coupe d'Europe, qui plus est face à une équipe anglaise, il est impératif de ne pas faire de faute. Surtout quand l'artilleur adverse s'appelle Owen Farrell et que celui-ci est l'ouvreur titulaire du XV de la Rose. L'Anglais a ainsi maintenu la tête de son équipe hors de l'eau toute la première période, avec six pénalités réussies (18-25 à la pause). Mieux encore, il en ajoutait quatre de plus en seconde mi-temps pour arriver à un total de 32 points sur l'ensemble de la partie. Une performance majuscule pour un jeune joueur qui a tout l'avenir devant lui. Dés lors, l'essai des Sarries apparaissait inéluctable et arrivait à la 46e minute par l'arrière Chris Wyles, suite à une belle attaque classique en première main. Un match marqué par beaucoup de nervosité (deux cartons jaune côté Racing, un côté anglais, plusieurs mauvais gestes de Fabrice Estebanez notamment).

Au final, le Racing s'est tiré une balle dans le pied en oubliant que pour gagner, il faut d'abord ne pas faire de faute. Impossible en effet de gagner lorsque l'on concède dix pénalités à domicile. La satisfaction que les joueurs de Gonzalo Quesada auraient pu retirer de ce match est largement obscurcie par ce constat. La qualification n'est plus qu'hypothétique. Les Saracens, eux, sont sur la voie royale avec cette large victoire 37 à 28.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |