Coupe d'Europe

Leinster: la peur au ventre

Tout champion en titre qu’il soit, le Leinster aborde son déplacement à Clermont avec une certaine appréhension, comme l’explique le manager irlandais Joe Schmidt dans une interview accordée au site de l’ASMCA. Le technicien a tout simplement été impressionné par les prestations des Auvergnats.

 
Leinster: la peur au ventre - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

La peur aurait-elle changé de camp ? C’est ce que l’on pourrait croire, en tout cas, si l’on se fie aux paroles de Joe Schmidt, le manager néo-zélandais du Leinster. En avril dernier, son équipe débarquait en France, au stade Chaban-Delmas de Bordeaux pour disputer une demi-finale européenne contre l’ASMCA avec le statut d’épouvantail de la compétition. Bien qu’héroïques, les Clermontois avaient dû se résoudre à déposer les armes, au terme d’une rencontre sublime (15-19). Cette année, le Leinster est toujours champion en titre, mais ne se déplace pas dans les mêmes dispositions, physiques et mentales : "Nous savons que cela sera très compliqué et que nous ne disposerons pas de toutes nos armes puisque ni O’Driscoll (cheville), ni Kearney (dos), ni Fitzgerald (genou) ne seront présents à Clermont. Notre équipe sera, par ce fait, plus faible que celle du mois d’avril dernier. Ces trois joueurs sont un condensé d’expérience et de talent. Ils risquent de beaucoup nous manquer sur cette double confrontation", s’inquiète Schmidt.

Et puis il y a l’adversaire, qui semble disposer d’un avantage psychologique : "Clermont a démarré très fort sa campagne européenne", concède le technicien. "L’ASM a facilement battu les Scarlets avant de complètement écraser les Chiefs. Ils ont inscrit douze essais en deux journées alors que nous n’en avons inscrit qu’un seul. Nous avons de quoi être inquiets !". Et la réalité mathématique du classement : "Nous ne pouvons pas laisser Clermont prendre quatre points de plus. Si nous nous retrouvons à six points avant la réception à l’Aviva, ils seront trop loin. Nous devons avoir l’ambition de gagner les deux rencontres ".

O’Brien de retour

A écouter le technicien néo-zélandais, on dirait que le Leinster se présente au Michelin en outsider, sinon en victime... Discours hypocrite ou réalité ? Un peu des deux, assurément : Sans O’Driscoll ni Kearney, la ligne de trois-quart irlandaise se voit privée de deux de ses plus grands talents. Ces absences suffiraient-elles à expliquer l’inefficacité offensive des Irlandais (un essai marqué en deux rencontres européennes) ? Leur parcours en Ligue Celte n’est pas flamboyant non plus. La franchise de Dublin pointe à la troisième place avec trente et un points, loin, très loin de l’Ulster, leader invaincu avec quarante-trois points.

Pour autant, faudrait-il s’inquièter pour les Leinstermen ? Ils pourront compter sur l’un de leur meilleur avant, le troisième ligne Sean O’Brien qui, après deux matchs de reprise contre Glasgow et Zebre, devrait revenir à son meilleur niveau. Il a d’ailleurs été préservé, tout comme l’ouvreur Jonathan Sexton, en ne disputant pas l’intégralité de la dernière rencontre. Jamie Heaslip et Richard Strauss, eux, ne figuraient même pas sur la feuille de match. Bref, quoi qu’il en dise, et quelle que soit la peur qu’il prétend ressentir, le sorcier bleu, Joe Schmidt, a préparé son plan de bataille pour faire tomber le record d’invincibilité des Auvergnats à Michelin.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |