Battut - Racing carton rouge - 20 janvier 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Le Tour de Midi Olympique

Le Tour de Midi Olympique

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 21/01/2013 à 18:18 -
Par Rugbyrama - Le 21/01/2013 à 18:18
Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts du week-end. Là, ils reviennent sur la bonne entrée d'Andreu, la superbe copie offensive de Montpellier, le carton rouge de Battut, le fidèle public clermontois ou l'arbitrage de George Clancy.

Biarritz-Harlequins: 9-16. Marc Duzan

"Le match des Harlequins à Biarritz est une farce. On ne devrait pas jouer sur un tel terrain..." Via son compte Twitter, l'international anglais des Saracens Chris Ashton n'a pas mâché ses mots, vendredi soir. Dans des conditions atmosphériques apocalyptiques, Biarrots et Harlequins ont néanmoins tout essayé pour rendre cette rencontre agréable. Au-delà du bourbier d'Aguilera, on retiendra de ce match la performance quatre étoiles de l'ancien demi d'ouverture des All Blacks, Nick Evans. Parfait dans son jeu au pied, auteur de onze points (une transformation et trois pénalités), le Kiwi a une nouvelle fois prouvé qu'il demeurait l'un des meilleurs ouvreurs de la planète. Pour rappel, Nick Evans a quitté la Nouvelle-Zélande en 2008 pour échapper à la concurrence d'un certain Dan Carter. Comme tant d'autres ouvreurs (Cameron McIntyre, Stephen Brett, Luke McAlister...) l'ont fait après lui. Au bout du monde, on se soumet au roi. Ou on le fuit...

Castres-Ulster: 8-9. Jérôme Fredon

Petit par la taille mais grand par le talent. Après avoir rongé son frein sur le banc pendant 52 minutes, Marc Andreu avait des fourmis pleins les jambes. Par ses changements d'appuis incessants et ses accélérations foudroyantes, le lutin varois a une nouvelle fois été un véritable poison pour les défenseurs adverses. Son sens de l'anticipation lui a également permis d'éviter un essai qui semblait tout fait pour les Ulstermen et d'intercepter une passe de Paddy Jackson alors que ce dernier avait créé un trou béant dans la défense tarnaise. Il délivre alors un grand coup de pied à suivre. Le Fréjusien remonte le terrain à cent à l'heure et croque Paddy Wallace. Derrière, Peddie Wannenburg qui a bien suivi, conteste le ballon au sol et hérite d'une pénalité. Grâce à l'instinct de survie de son virevoltant ailier de poche, le CO a pu au moins croire en ses chances jusqu'au bout.

Montpellier-Toulon: 23-3. Jérome Prévot

Quel festival du MHR... Les Montpelliérains ont failli réussir un exploit majuscule. Priver les Toulonnais de la première place de la Poule 6 de H Cup. Et sincèrement, ils auraient mérité de le faire quand on voit que Timoci Nagusa a lâché deux ballons dans l'en-but. Le premier ressort de la maladresse car il était à la réception d'un service au pied de Trinh-Duc, à la lutte avec Delon Armitage battu. Le second ressort de la malchance car Nagusa, après réception d'une chandelle adverse, avait placé une redoutable accélération suivie d'un coup de pied pour lui-même que Steffon Armitage lui souffla in extremis au moment d'aplatir. Que ce serait-il passé si les deux essais avaient été accordés ? Montpellier aurait gagné 37 à 3, pris la première place au bénéfice du goal-average particulier. Et serait tombé sur Leicester à domicile en quart de finale, que du bonus et Toulon, privé d'un quart à domicile, aurait piqué une crise. Mais à ce qu'on nous dit, c'est déjà fait. Nagusa n'a finalement pas grand chose à regretter.

Llanelli-Clermont: 0-29. Léo Faure

La dévotion force le respect. Alors que cette rencontre entre Llanelli et Clermont n’avait rien d’un duel au sommet, entre une équipe déjà qualifiée et presque assurée de disputer son quart de finale à domicile et une autre, avec deux points seulement au compteur, condamnée depuis longtemps à regarder les phases finales des compétitions européennes devant son téléviseur, ils étaient plus de 150 supporters clermontois à avoir fait le déplacement à Llanelli. L’attraction touristique? Même pas. Plus industriel que véritablement charmant, l’ouest gallois n’a rien d’une destination de rêve pour un voyage de noce. Qu’importe. Bravant le froid glacial, les supporters clermontois ont tout de même animé de chants ininterrompus le Parc y Scarlets, stade superbe mais déserté et plongé dans la sinistrose devant une équipe dépassée de toutes parts. Un soutien sans faille qui méritait amplement que le club tourne le dos à une délocalisation pour lui préférer un quart au Marcel-Michelin. Chez eux.

Munster-Racing-Métro: 29-6. Léo Huisman

Le carton rouge distribué à Antoine Battut dès la sixième minute par Wayne Barnes, l'arbitre de la rencontre, n'a pas simplement faussé toute la partie et facilité grandement la tâche du Munster qui n'en demandait pas tant. En Irlande, les commentateurs ont associé ce fait de jeu et la lourde défaite des Ciel et Blanc qui en a découlé, aux résultats des deux principales provinces irlandaises engagées en H Cup. En prenant un carton rouge, expliquaient-ils, Battut qualifiait ainsi le Munster et éliminait en conséquence le Leinster, tenant du titre. Le Racing, une nouvelle fois éliminé dès le premier tour de la coupe d'Europe, aura-t-il joué un rôle important dans cette H Cup, celui d'arbitre de la suprématie irlandaise? Et sauver aussi la saison de son ancien entraîneur en charge des lignes arrières, Simon Mannix, qui remplit avec cette qualification le contrat qu'il s'était fixé avec Rob Penney, son entraîneur en chef.

Leicester-Toulouse: 9-5. Nicolas Zanardi

Toulouse jouera donc en Challenge européen. La faute à un petit point manquant au classement, dû à un festival d'occasions manquées qui ne se circonscrivent pas au seul match de Leicester et au manque de réussite de Beauxis et McAlister, à qui il serait injuste de faire porter le chapeau de l'élimination. On pense à ce quatrième essai «oublié» à Trévise, par exemple, alors que les Stadistes avaient vingt minutes pour le marquer. Ou à ce point de bonus défensif vendangé à Swansea pour une passe manquée, ou un maul non aplati... Le fait est, également, qu'un homme aura aussi joué un rôle dans cet échec. On parle ici de l'arbitre irlandais George Clancy. Déjà à Swansea, Guy Novès avait remarqué plusieurs erreurs, comme le fait de ne pas revenir à une position de hors-jeu sur le maul non conclu par Tolofua, et en oubliant de sanctionner un troisième ligne gallois largement détaché, venu voler un ballon décisif sur une mêlée à cinq mètres... Autant d'erreurs que le referee, vidéo à l'appui, avait reconnues après la rencontre. Le hic ? C'est que dimanche à Leicester, George Clancy a commis d'autres boulettes, notamment dans le secteur de la mêlée fermée. Choisissant de pinailler sur les liaisons de Steenkamp plutôt dominateur dans l'épreuve de force infligée à Dan Cole, l'Irlandais a privé Toulouse d'au moins quatre ballons importants. Tout sauf anecdotique dans un match marqué par des conditions climatiques exécrables, où le secteur de la mêlée aurait pu constituer le juge de paix. Et tout sauf un épiphénomène dans une poule aussi serrée...