Coupe d'Europe

ERC: Français et Anglais ont été entendus

Ce mardi, responsables des Ligues et Fédérations des six nations majeures participant aux compétitions européennes se sont réunis à Dublin pour entamer les négociations, selon la volonté des Français et des Anglais, en vue d'un accord sur une réforme de l'organisation de la H Cup et du Challenge.

 
Débat à l'ERC - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Les actionnaires de l'ERC, société organisatrice des Coupes d'Europe, soient les ligues et fédérations des six nations majeures, se sont réunis ce mardi à Dublin pour évoquer un nouvel accord en vue d'une réforme des compétitions continentales à partir de la saison 2014-2015, les accords actuels arrivant à échéance au terme de l'exercice 2013-2014. Cette négociation a été ouverte à la demande des organisations de clubs française (Ligue nationale de rugby) et anglaise (Premiership Rugby) alors que cette dernière a défié l'ERC en annonçant la signature d'un contrat avec l'opérateur BT, à hauteur de 190 millions d'euros, pour les droits télé du Premiership lors des quatre prochaines saisons. Un accord comprenant la diffusion des matchs dans les compétitions européennes. Ceci est géré par l'ERC, qui venait de reconduire son contrat avec Sky Sports.

Il a donc été demandé aux représentants de la Ligue anglaise des précisions sur le contrat signé avec BT sans obtenir "beaucoup de précisions quant au contenu", a affirmé un des participants. La LNR, qui a travaillé avec Premiership Rugby sur une réforme de la compétition, s'est d'ailleurs officiellement désolidarisée de son homologue anglaise sur ce point. Pourtant, Français et Anglais se rejoignent sur de nombreux points concernant la négociation d'un nouveau cadre d'organisation (formule, calendrier, gouvernance, répartition financière...) de la Coupe d'Europe et du Challenge européen. Leurs représentants ont ainsi présenté séparément leurs projets de réforme qui sont "à 90% identiques" sur les grands principes, a raconté un des participants.

Nouvelle réunion le 8 octobre

La première évolution souhaitée est la réduction du nombre de clubs de 24 à 20, avec six équipes issues de la Ligue celtique au lieu de dix et la qualification de ces équipes en fonction de leur classement (six premiers) et non en vertu de quotas nationaux comme actuellement. Ceci au nom de l'équité sportive, considérant que les clubs français et anglais laissent davantage de forces dans leur championnat domestique que leurs homologues celtes. Les représentants de la Ligue celtique (Irlande, pays de Galles, Ecosse, Italie) ont accueilli ce projet "de manière très réservée" sans être totalement opposés à une évolution, selon un participant. Français et Anglais demandent aussi un changement dans la répartition financière (actuellement 25% pour la LNR, 25% pour Premiership Rugby et 12,5% chacun pour l'Ecosse, l'Irlande, l'Italie et le pays de Galles) en un système de "trois tiers" (33% pour chaque partie).

Selon un participant, ces propositions de réformes sportives ont reçu un accueil "globalement favorable" mais "le débat est à approfondir sur les aspects financiers et de gouvernance." "On a assisté à des dialogues productifs sur l'avenir du rugby des clubs en Europe, et tous les actionnaires sont déterminés à obtenir un consensus en vue d'un nouvel accord", a affirmé l'ERC dans un court communiqué. Tous les actionnaires de l'ERC ont convenu mardi de se retrouver le 8 octobre à Rome pour poursuivre le dialogue.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |