Gonzalo QUESADA - 30.03.2012 - Racing Metro 92 / Castres - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Le Racing, un triptyque mortel ?

Le Racing, un triptyque mortel ?

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 13/06/2012 à 18:06 -
Par Rugbyrama - Le 13/06/2012 à 18:06
Le Racing Metro est tombé une nouvelle fois dans une poule très dense. Le barragiste 2012 devra se coltiner le Munster, Edimbourg et les Saracens. Vaste programme pour envisager les quarts de finale.
 

"C'est un peu le groupe de la mort." L'expression usitée, en vogue au moment des tirages, a eu les faveurs de Pierre Berbizier une fois la poule du Racing dévoilée. Le triptyque Edimbourg-Saracens-Munster, en aller-retour, s'annonce ardu pour une formation francilienne qui n'a remporté qu'une rencontre lors de l'édition écoulée. C'était aux London Irish. Deux de leurs cinq défaites furent infligées par Edimbourg. Dont un 48-47 épique dans la capitale écossaise lorsque les Racingmen avaient claqué quatre essais dans la première demi-heure avant de se faire culbuter dans les vingt dernières minutes en prenant à leur tour quatre essais dans le buffet. Outre les retrouvailles avec le récent demi-finaliste, tombeur du Stade toulousain en quart, les Franciliens feront face au Munster et aux Saracens. Ce qui fait dire à l'ancien sélectionneur du XV de France : "Après celle de nos deux premières années dans cette compétition (Leinster, Clermont et Saracens en 2010-2011 puis Cardiff, en plus d'Edimbourg et des London Irish en 2011-2012), c'est l'une des poules les plus compliquées avec des formations expérimentées."

Revoilà Simon Mannix

Le Munster, c'est vrai, n'a rien du jeune premier. Grand pourvoyeur du Quinze d'Irlande, le club de la Red Army promet une confrontation excitante. Déjà par le statut des Irlandais, double champion d'Europe (2006 et 2008), qui restent sur un sans-faute en poule face à Castres, Llanelli et Northampton avant de s'incliner en quart contre la province de l'Ulster. En Ligue celte, ils ont tout de même pris cher contre les lunatiques Ospreys (45-10), étincelants contre le Leinster en finale mais atones en H Cup. Surtout, les trois-quarts munstermen seront entraînés par Simon Mannix, évincé du Racing en novembre 2011 après des désaccords avec le manager du Racing. Suite à une victoire sur le BO, le "Néo-Z" avait dû prendre la porte et rêve certainement d'un destin calqué sur celui de son compatriote, Joe Schmidt. L'ancien manitou des arrières clermontois était lui parti en bons termes pour prendre du galon à la tête du Leinster. Depuis, il a maté l'ASM en demie en ayant poussé le vice jusqu'à marquer sur une combinaison élaborée par Cotter à l'époque. Mannix ressortira-t-il une "combine" de Berbizier ?

Quesada espère que le Racing est craint

Le troisième adversaire a été champion d'Angleterre 2011 et demi-finaliste cette année en Premiership. Les Saracens épaississent encore un peu plus la brume qui enveloppe cette poule homogène. Gonzalo Quesada, le successeur de Mannix, se veut fataliste. "Dans un tirage au sort d’une compétition comme la H-Cup, il faut s'attendre, quoi qu’il en soit, à affronter de grandes équipes." Les coéquipiers d'Owen Farrell n'ont pourtant rien d'insurmontable et gardent un souvenir douloureux de leur dernier match face à des Français. Les Clermontois les ont concassés en quart, qui plus est au Vicarage Road (22-3). Cette densité n'est pas l'apanage du Racing (pensée particulière pour Toulouse et Clermont) mais Quesada veut croire que ses adversaires frémissent aussi à l'idée d'affronter le XV du président Lorenzetti. "J’espère que pour les autres équipes, affronter le Racing leur paraîtra aussi compliqué car je crois que nous avons montré de belles choses cette saison, échouant souvent sur des détails."

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×