Pierre BERARD - 14.01.2012 - Montpellier - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

Montpellier, première historique

Montpellier, première historique

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/01/2012 à 18:20 -
Par Rugbyrama - Le 14/01/2012 à 18:20
Montpellier décroche le premier succès de son histoire en H Cup en disposant non sans mal de la formation anglaise de Bath (24-22). Les Héraultais ont souffert et dû leur salut à un essai marqué par Nagusa, transformé sur la sirène par Bustos Moyano. Un pur bonheur pour la bande de Galthié.
 

Ils la voulaient , cette victoire européenne. Après deux matchs de poule conclus sur un nul concédé face au Leinster et Glasgow, les Montpelliérains ont décidé que l’heure était venue d’offrir au public d’Yves-du-Manoir une première victoire sur la scène européenne. Et tout commença de la meilleure des façons avec l’essai du revenant Pierre Bérard, titularisé à l’aile, dès la première minute de jeu. Dans la foulée, Benoit Paillaugue transformait et portait le score à 7-0. Cueillis à froid, les Anglais de Bath répliquaient tout de suite après en s’installant dans le camp montpelliérains et en poussant les Héraultais à la faute: Barkley trouvait sa cible, et réduisait le score (7-3). Le tableau d’affichage n’allait plus bouger jusqu’à l’ultime minute du premier acte, peu après que Timoci Nagusa ait écopé d’un carton jaune pour fautes répétées. Une indiscipline collective, que l’ailier fidjien paya pour ses partenaires, et qui permit aux Anglais d’occuper le camp héraultais, jusqu’à cette pénaltouche, qui fut suivie d’un maul pénétrant et... de l’essai de Caldwell qui replaçait les siens en tête juste avant la pause (7-10).

Le banc montpelliérain fait la différence

Au retour des vestiaires, Benoit Paillaugue rétablissait l’égalité (10-10), mais ce diable de Caldwell y allait de son doublé moins de dix minutes plus tard, alors que son équipe était en infériorité numérique suite au carton jaune donné au pilier David Wilson (10-17). L’heure de jeu, qui marqua l’entrée en jeu du banc montpelliérain fut le tournant du match : dans le sillage de Caudullo, Leleimafaga, Hancke et Tulou, les avants du MHR redevinrent souverains. L’essai de l’espoir fut d’ailleurs signé Alex Tulou, qui s’échappa derrière un ruck (17-17). Mais le surpuissant Matt Banahan, placé en premier centre pour l’occasion trouvait la faille et redonnait l’avantage aux siens (17-22), sauf que son essai ne fut pas transformé. Les dix dernières minutes furent titanesques côté MHR: les hommes du trio Bès-Galthié-Béchu s’offrirent trois occasions franches, sans qu’aucune seule n’aille à dame. Il fallut attendre l’ultime seconde, et une très belle inspiration de Julien Tomas qui adressa un coup de pied par dessus un ruck à Timoci Nagusa pour les Montpelliérains reprennent l’avantage. Conscient que la transformation allait déterminer de la victoire du match, l’ailier fidjien eut la bonne idée d’effacer deux défenseurs au pied des perches pour faciliter la tâche de son buteur. Le pied de Bustos Moyano ne trembla pas, et tout le peuple montpelliérain pu enfin célébrer cette première historique...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×