Brian O'Driscoll - Leinster Cardiff Blues - 7 avril 2012 - Icon Sport
 
Coupe d'Europe

O'Driscoll: "La discipline sera la clé"

O'Driscoll: "La discipline sera la clé"

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 17/05/2012 à 18:22 -
Par Eurosport - Le 17/05/2012 à 18:22
Brian O’Driscoll, le centre expérimenté du Leinster va défier l'Ulster samedi (18h) en finale de H Cup, une équipe qu'il connait bien puisqu'elle évolue dans le même championnat. De retour dans le groupe après avoir manqué la demie de Ligue Celte contre Glasgow, l'international irlandais se livre.
 

Comment vous sentez-vous ?

Brian O'DRISCOLL: (Entretien réalisé lundi) Vendredi dernier, je me suis coupé au niveau du cartilage. Aujourd’hui, je me sens plutôt bien. Mon rétablissement s’est bien passé pendant le week-end. Mais je suppose que dans ma tête ne pas jouer samedi n’a jamais été une option. Je ne vais probablement pas pouvoir m’entraîner jusqu’à jeudi (aujourd'hui, N.D.L.R.). Une grande part d’une semaine comme celle là, c’est de la récupération avec les pieds sur le canapé. Mais, écoutez, vous oubliez toutes ces choses-là dans une semaine de finale. J’ai maintenant hâte de revenir.

Eoin O’Malley s’est blessé et ne jouera pas à Twickenham. Cela peut-il avoir des conséquences sur le groupe pour la finale ?

B.O.: Je ne pense pas. Vous savez, nous n’avons jamais été autorisés à être trop confiants au cours de la saison. Le staff ne voulait pas se focaliser au-delà du match à venir. Même la semaine dernière, il n’y avait absolument pas de discussions sur la finale, mais uniquement sur la demie de Ligue celte. C’est seulement lundi que l’on a commencé à discuter de l’Ulster, et à les étudier à la vidéo. Nous n’avons pas besoin de nous plaindre de cette fin de saison. Vous savez que tout peut arriver. Et puis, la forme des deux équipes est souvent hors de propos dans beaucoup de cas pour ce type de match.

L’Ulster est monté en puissance ces deux dernières années, en atteignant les quarts l’an dernier et donc la finale. Vous impressionnent-ils ?

B.O.: Brian McLaughin (l’entraîneur en chef) et David Humphreys (le directeur du rugby) font un excellent travail au regard de la progression de leur groupe. Ils ont un bon mélange entre des internationaux expérimentés, avec notamment leur contingent sud-africain, le All Black John Afoa, ou les Irlandais Stephen Ferris, Rory Best, Andrew Trimble... Et puis des jeunes qui ont eu du temps de jeu. Je pense notamment à l’ailier Graig Gilroy ou au centre Darren Cave. Leur groupe est plus fort aujourd’hui, avec une meilleure profondeur. Si vous voulez être une équipe compétitive à ce niveau-là, je pense que vous devez avoir un groupe de trente ou trente-cinq joueurs compétitifs pour jouer dans les deux tableaux.

Le Sud-Africain Ruan Pienaar est très dangereux au pied. La discipline risque d’être importante...

B.O.: Ce sera la clé. En face, quand vous avez quelqu’un qui est capable de marquer des pénalités de cinquante-cinq mètres voire plus, vous ne pouvez pas vous permettre de concéder des pénalités idiotes. Comme tous les arbitres essayent de mettre la main sur le match très vite, nous devrons faire très attention, notamment dans les quinze premières minutes, à ce que nous ferons défensivement et en attaque. Et nous allons essayer de développer un jeu rapide et ouvert. Nous connaissons la manière dont Nigel Owens aime arbitrer.

Vous étiez déjà favoris l’an dernier, mais vous aviez été surpris par Northampton en première mi-temps. Y pensez-vous ?

B.O.: Je pense qu’il faut juste se focaliser sur ce que tu es, ce que tu peux faire, et se concentrer sur ce match contre l’Ulster. C’est ce qu’on fait lorsqu’on a la balle. Nous devons mettre fin à ce qui n’a pas été le week-end dernier et à clarifier nos rôles individuels.

Vous avez battu à deux reprises l’Ulster cette saison. Vous n’usurpez donc pas le statut de favori de cette finale ?

B.O.: Nous avons seulement terminé avec huit points d’avance lors de notre dernier face-à-face. Alors, si vous m’offrez cette courte victoire maintenant, je la prends ! C’est bien d’avoir gagné ces deux fois, mais les deux équipes n’ont pas montré leur puissance toute la saison. Plusieurs de leurs joueurs clés leur ont parfois manqué. Nous savons que l’opportunité est énorme pour eux, d’autant plus que leur dernière victoire remonte à 1999. Leur appétit sera au moins aussi gros que le nôtre. Ce sera un match très serré.

Retrouvez ce vendredi une présentation complète de la finale de H Cup dans Midi Olympique ainsi qu'une interview exclusive de Brad Thorn.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×