Wesley Fofana - Clermont Leinster - 29 avril 2012 - AFP
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Clermont: Et Fofana laissa échapper le ballon…

Clermont: Et Fofana laissa échapper le ballon…

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 01/05/2012 à 10:22 -
Par Rugbyrama - Le 01/05/2012 à 10:22
Enorme dans l’engagement, Clermont était tout proche de faire chuter le champion en titre. Dominateur dans la dimension physique en première période, l’ASMCA a craqué par la suite et sa défense s’est montrée plus friable. Et Wesley Fofana pourra nourrir de gros regrets sur son ultime action…

. Un en-avant fatal

A quoi tient une qualification en finale de H Cup ? A très peu de choses à vrai dire. Et Wesley Fofana risque certainement de se souvenir longtemps de la fin de match face au Leinster. Dans un énorme sursaut d’orgueil, Clermont investissait les 22m irlandais pour une séquence interminable où les avants avergnats n’ont pas cessé d’avancer, en gagnant chaque duel. Morgan Parra décidait d’enchaîner les séquences à une passe. Dans le fermé, à deux mètres de l’en-but, il servait Fofana, lancé. Ce dernier franchissait la ligne, sur le dos. Fou de joie, le néo-international croyait offrir le succès à son équipe. Sauf que l’arbitre, Wayne Barnes demandait l’aide de la vidéo. Et celle-ci signalait un en-avant. Logique…mais tellement cruel.

. Deux entames de période ratées

Si Clermont n’a pas grand-chose à se reprocher, la bande de Cotter pourra toutefois regretter ses entames de période. En première, cela fut heureusement sans conséquence. Face au vent, les Irlandais envoyaient régulièrement le ballon au large. Et par trois fois, ils ont réussi à franchir (Boss, Sexton, Nacewa). Grâce à leur fraîcheur physique, les Clermontois ont su compenser et sauver les meubles. En deuxième période, les conséquences furent plus fâcheuses. Pris à la faute dans un ruck, les coéquipiers de Parra laissaient une ouverture béante dans laquelle s’engouffrait l’arrière Kearney. Healy concluait pour ce qui sera le seul essai de la rencontre. Le Leinster prenait alors l’avantage au score…pour ne plus le lâcher.

. Deux blessures dans les 20 premières minutes

En plus d’une entame de match délicate, Clermont n’a pas été épargné par la poisse. Et les blessures. En moins de vingt minutes, Vern Cotter a dû déplorer deux sorties, celles de Julien Malzieu et Lee Byrne. L’ailier français a vu une contracture à son mollet gauche se réveiller alors que l’arrière international gallois s’est blessé à un genou. Malgré un gros travail du staff médical clermontois et la pose d’un gros bandage, Byrne ne pouvait reprendre sa place sur le terrain. Ces dernières sorties ont bouleversé la stratégie auvergnate avec l’entrée de Regan King au centre, le replacement du capitaine Aurélien Rougerie sur une aile et le positionnement à l’arrière du jeune Jean-Marcellin Buttin.

. Une grosse indiscipline

Tous les entraîneurs le disent: au-delà de dix pénalités concédées dans une rencontre de niveau international, difficile de s’imposer. Clermont, par un excès d’envie, a régulièrement été piégé dans les zones de ruck, concédant au total quatorze pénalités. Une statistique handicapante mais qui au final est équivalente à celle du Leinster. S’il a commis plus de fautes en première période (8), celles commises en deuxième mi-temps ont permis à Sexton de s’illustrer. Elles ont aussi symbolisé une petite baisse physique des Auvergnats qui ont eu du mal à se dégager de leur camp à l’heure de jeu.

. Une défense friable

Dans ce genre de rencontre, la moindre erreur, surtout en défense, se paye cash. Meilleure défense du Top 14, Clermont n’a pas autant brillé que de coutume dans ce secteur. Les statistiques le prouvent: 12% de plaquages ratés contre 5% au Leinster. Surtout, les Irlandais ont franchi à six reprises. La percée tranchante de Kearney est allée au bout dès l’entame de deuxième période et l’action d’O’Brien à la 67e aura pu sceller le sort de la rencontre si un en-avant n’avait pas été signalé par Wayne Barnes.