Charles GIMENEZ - 15.01.2012 - Biarritz - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Biarritz : Le temps des regrets

Biarritz : Le temps des regrets

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/01/2012 à 10:44 -
Par Rugbyrama - Le 16/01/2012 à 10:44
Grosse déception pour Biarritz qui ne vera pas les phases finales de la H Cup au printemps, sauf incroyable miracle. Face aux Saracens dimanche, les Basques sont passés très près d'un exploit majuscule (20-16). Mais le destin en a voulu autrement. La contre-performance à Trevise laisse des regrets.

Mathématiquement, et malgré sa défaite du côté des Saracens (20-16), le BOPB peut encore se qualifier pour les quarts de finale de la H Cup. Mais pour cela, il faudrait un miracle. Un incroyable miracle même. A savoir une victoire de Trévise sur les Sarries, sans que les Anglais n’obtiennent de bonus défensif, et une victoire de Biarritz avec bonus offensif sur les Ospreys dimanche prochain. Pour faire plus simple, les Basques sont quasiment éliminés. Place donc aux regrets: les Basques étaient si près, et en même temps, si loin de se qualifier.

Dimanche, sous l’impulsion d’un bon Yachvili, Biarritz a bien cru pouvoir l’emporter d’une courte tête sur la pelouse des Saracens. Malheureusement, quelques ballons tombés, quelques mauvais choix ou un demi-mètre trop à gauche sur un drop de Bosch, ont contribué à faire pencher la balance du mauvais côté… Sur le site du club, Damien Traille, s'avouait presque amer: "La défaite ce dimanche est une déception. Toutefois, si on s’est mis en difficulté dans cette Coupe d’Europe, ce n’est pas là, mais à Trévise".

Les occasions manquées

Une fois la probable élimination entérinée, les partenaires du centre international penseront certainement aux occasions manquées. Comme ce match face au Benetton Trévise, où les Basques avaient perdu (30-26), face à une équipe largement accessible. Mais le BOPB était dans sa période creuse, et le renouveau qui semble visible ces dernières semaines n’était pas encore parvenu du côté d’Aguilera. Dimitri Yachvili, maître à jouer de son équipe, n’était pas là pour faire basculer la rencontre, comme il a pu le faire ces derniers matches (Toulon, Agen). "Si on avait gagné là-bas, on aurait eu notre destin en mains pour affronter les Ospreys", continue Damien Traille. Les désillusions et les regrets ne vont cesser d’alimenter les chroniques biarrotes.

La H Cup, en plus de constituer une compétition de prestige, pouvait donner une bouffée d’oxygène à des Biarrots lâchés depuis bien longtemps de la course à la qualification en championnat. Il n’en sera rien. Damien Traille espère toutefois que le dernier match " permettra de bien préparer la fin du Top 14, ce qui est primordial pour nous". Plus ambitieux, Dimitri Yachvili n’a pas tout à fait l’intention d’abandonner l’Europe: "Nous avons pour objectif de nous qualifier pour l’Amlin Cup en cas de non-qualification pour la H Cup". Bref, à la fin du match face aux Ospreys, il ne sera pas question de regretter quoi que ce soit.