Ilikena BOLAKORO - 10.12.2011 - Trevise / Biarritz - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Biarritz : L’orgueil doit parler

Biarritz : L’orgueil doit parler

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/12/2011 à 11:16 -
Par Rugbyrama - Le 16/12/2011 à 11:16
Malgré deux défaites dont une dernière traumatisante à Trevise, Biarritz peut toujours espérer se qualifier pour les quarts de finale. Pour cela, il faudra éviter de reproduire les mêmes erreurs entrevues la semaine dernière face à des Italiens qui ont progressé. Une réaction d’orgueil est attendue.

Le constat est là. Malgré deux revers en trois journées de H Cup, Biarritz peut toujours se qualifier pour les quarts de finale. Le BOPB profite en effet d’une forte homogénéité dans la poule 5 où toutes les équipes ont au moins connu une fois le goût de la défaite. La formation basque ne compte que trois unités de retard sur le leader actuel, les Saracens. Si la mission s’avère ardue, elle ne semble pas impossible. D’autant plus que Biarritz va profiter d’un calendrier favorable avec deux réceptions. Ce vendredi, cette quête pour la qualification débute avec la venue de Trevise. Une semaine seulement après la déconvenue au stadio municipal de Monigo (30-26). Un souvenir qui hante toujours l’esprit des Basques. "Nous sommes conscients que l’on est vraiment au bord, on n’a plus de joker", confirme le deuxième ligne argentin Manuel Carizza.

En quête de confiance

"Gagner, c’est le maître-mot, pour retrouver un peu de confiance et surtout cumuler des points. On s’aperçoit qu’en Coupe d’Europe, comme en Championnat, nous avons besoin de points et de retrouver une dynamique qui nous permette de remonter", analyse le talonneur Arnaud Héguy qui débutera la rencontre en lieu et place de Benoit August, perturbé par des soucis aux ischio-jambiers. De la confiance, les Basques en manquent énormément en ce moment. Les nombreuses erreurs et la fébrilité aperçues la semaine dernière en sont la preuve parfaite. Des choses sont à gommer au plus vite car le temps presse. Biarritz n’a plus le choix. Il se doit de gagner.

Si un succès serait une bonne chose, le gain du bonus offensif constituerait une excellente opération. Avec cinq points de plus au compteur, le BOPB pourrait être maître de son destin. En marquant quatre essais la semaine dernière (et empochant ainsi le bonus offensif malgré la défaite), les Basques ont montré que la cuirasse trévisane possédait des failles. Il faudra de nouveau en profiter. Optimiste, le président Serge Blanco croit aux capacités de son groupe. Et "en sa qualification". Il est donc temps pour les Biarrots de faire parler leur orgueil.