Coupe d'Europe

Saints : Une puissance invaincue

Impressionnant de puissance et faisant preuve d’une animation offensive de qualité, Northampton n’a pas volé une seule seconde sa victoire en demi-finale de la H Cup face à Perpignan. La formation anglaise est la seule invaincue de cette édition 2011 et espère décrocher une deuxième couronne.

 
Une puissance invaincue - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Le pack catalan se souviendra longtemps de l’opposition face à Northampton en demi-finale de la H Cup. Résistant dans un premier temps tant bien que mal en mêlée fermée, l’édifice perpignanais a fini par craquer devant une première ligne Tonga’Uiha-Hartley-Mujati colossale. Un travail de sape énorme qui fut récompensé par la botte de l’ouvreur Steve Myler. "On a dû gagner six points sur mêlée. Cela s'est construit au fur et à mesure de la rencontre", confirmait le talonneur Dylan Hartley, un brin chambreur sur la pelouse mais diablement efficace dans le jeu courant.

Outre en mêlée, le huit catalan a souffert dans le combat, éprouvant les pires difficultés à contrer la puissance des Saints dans les rucks. Tonga’uiha, le pilier aux mensurations exceptionnelles (1m93 , 135kg) a récupéré un nombre incalculable de ballons. La deuxième ligne Lawes-Day a rayonné dans les airs et le soutien au près alors que le troisième ligne Wilson a fait des ravages grâce à ses charges monumentales. "On a travaillé dur pour arriver là, c'est très bien d'y être", déclarait Hartley. "On a encore montré qu'on pouvait battre des grosses équipes", enchaînait le manager Jim Mallinder.

Seul invaincu

Si la performance du pack de Northampton fut de qualité, que dire de la ligne de trois-quarts ? Tout simplement flamboyante ! A l’image de l’arrière international Ben Foden, impérial sous les chandelles et auteurs de relances dévastatrices. La paire de centre Downey-Clarke a radicalement pris le dessus sur son homologue catalan Hume-Marty et Jon Clarke s’est permis le luxe de marquer un essai magnifique après un leurre d’école de son compère Downey. "On nous a souvent critiqué sur le fait qu'on avait un jeu unidimensionnel basé sur la puissance de nos avants. j'ai été ravi de voir un jeu complet", souligne Mallinder. 

Les Saints n’ont plus qu’une marche à gravir pour être couronnés. Cela les récompenserait, eux qui sont encore invaincus dans cette compétition. "On ne sera pas favori pour la finale. Mais on peut battre tout le monde, avec un bon début de match tout est possible. On joue pour nous, pour notre équipe, on ignore ceux qui nous critiquent et ceux qui doutent de nous", avoue Hartley. Le Leinster sait à quoi s’attendre !

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |