Coupe d'Europe

Le tour de Midi Olympique

Comme chaque semaine, les envoyés spéciaux de Midi Olympique décryptent, à travers une anecdote, un joueur ou une image insolite, les moments forts du week-end. Cette fois, ils mettent en valeur la Marseillaise chantée à Toulon, les cinq essais de l'Usap ou le traquenard de Belfast.

 
Le tour de Midi Olympique - Rugby - Coupe d'EuropeIcon Sport
 

Cardiff/Castres: 14-9 - Nicolas ZANARDI

La Coupe d'Europe a ses avantages. Notamment, pour les chanceux que nous sommes de découvrir de nouveaux horizons. Le Cardiff City Stadium en était un, où nous n'avions encore jamais eu l'occasion de mettre les pieds. Et le résultat sonne, comment dire... Etrangement. Certes, la modernité est là. 27000 places flambant neuves, une sonorité démente, un écran géant aux couleurs éclatantes, des loges impeccables. Mais il manque l'essentiel. Une âme. Stade bâti dans un souci évident de rentabilité, le Cardiff City Stadium sonne creux. Imaginez vingt mille places vides, une ambiance à couper au couteau, vous comprendrez un peu mieux notre sentiment... A la réflexion, cette enceinte paraît au final à l'image de son équipe : belle, mais largement en-deça du potentiel qu'autoriserait une ligne de trois-quarts sublime sur le papier... Alors, quand on songe que le vénérable Arms Park, certes plus exigu mais autrement plus chargé d'histoire, est voué à l'abandon, on se pose la question : les provinces galloises ne se verraient-elles plus belles qu'elles ne sont ? En considérant que, cette année encore, ces dernières constitueront les grandes arlésiennes des quarts de finale, l'interrogation ne manque pas de sel...

Trevise/Perpignan: 9-44 - Philippe KALLENBRUNN

A Trévise, les Catalans ont frappé cinq fois : Le Corvec, Sid, Laharrague, Candelon (2). Et l'Usap, après la 5ème journée de la phase éliminatoire, est la meilleure équipe de la H Cup au nombre d'essais marqués (18) ! Drôle de paradoxe lorsque l'on sait les difficultés éprouvées en attaque par Perpignan depuis le début de la saison. Cette statistique augmente en tout cas encore ses chances de qualification pour les quarts de finale, comme meilleur premier de poule ou meilleur second, en cas d'égalité de points avec un club d'une autre poule. Un stade de la compétition que les Catalans n'ont plus atteint depuis 2007/2008. En 2011, l'Europe semble donc enfin vouloir sourire à l'Usap. Elle pourrait même contribuer à la relancer complètement et la mettre en confiance pour une fin de saison en boulet de canon en Top 14.

Clermont/Racing: 28-17 - Arnaud BEURDELEY

Il n'y a pas qu'à Clermont qu'on a du flair pour dénicher une perle rare dans le Pacifique. La jurisprudence Nalaga est même en passe de faire des petits. Et pour cause. Vendredi soir, le Racing-Métro 92 a révélé au grand public sa dernière trouvaille en la personne du Fidjien Virimi Vakatawa. Ce jeune joueur, tout juste âgé de 18 ans, a débarqué dans la capitale l'été dernier dans l'anonymat le plus complet. Quelques semaines plus tôt, le manager Pierre Berbizier avait sollicité son ailier Sireli Bobo. "Si tu entends parler de jeunes joueurs prometteurs aux Fidji, tiens moi au courant", avait-il dit en substance. Bingo. En lisant le Fidji Times, le fantasque ailier du Racing remarque que le nom de Vakatawa revient avec insistance. Quelques coups téléphoniques et voilà le jeune Fidjien sous les couleurs ciels et blanches pour un tournoi à 7 à Tours. Un essai concluant. Enfin presque. Ce jour-là, il est victime d'une double fracture tibia-péroné. Qu'importe. Les dirigeants du Racing, convaincus avant sa blessure, lui font signer un contrat espoir. Un pari gagnant. Pour sa première apparition avec le groupe professionnel sur la pelouse de Clermont, il n'a pas déçu. Au contraire. Et on pourrait bien le revoir très vite...

Toulon/Munster 32-16 - Pierre-Laurent GOU

Et soudain Mayol a entonné la Marseillaise. Le public toulonnais n’a pas trouvé d’autres idées pour fêter la splendide victoire des siens. Cette hymne spontanée, fut magnifique et tant pis si le speaker du stade, au demeurant fort sympathique, nous a gâché un peu le plaisir en annonçant deux remplaçants au même moment du Munster. Toulon fait son entrée chez les grands d’Europe et ses supporters ont été à la hauteur de l’événement. "La Marseillaise dans ce stade ? En 1995, on la chantait à Toulon pour d'autres raisons, beaucoup plus noires (ndlr: victoire du FN aux municipales), l'entendre à Mayol aujourd'hui, ça veut dire que j'ai rempli une partie de ma mission", affirmait Boudjellal en salle de presse.

Toulouse/Newport : 17-3. Jérémy FADAT

Si on sentait qu’il était plutôt pressé quand il s’est présenté en conférence de presse d’après-match, Guy Novès, malgré son agacement légitime en raison de la performance très mitigée de son équipe, s’est montré disponible, comme à son habitude. Et sa première prise de parole fut lourde de sens… Remettons dans le contexte. A la veille du match entre Glasgow et les Wasps, les journalistes présents calculaient rapidement toutes les combinaisons possibles dans le groupe 6, du style : "Si les Wasps perdent, vous serez déjà qualifiés. En même temps, pour recevoir un quart à domicile, peut-être qu’un bonus suffira. Mais s’ils gagnent, il faudra faire au moins match nul là-bas. A moins que..." Là, le manager a coupé court aux allégations : "Ecoutez, je ne suis pas bon en mathématiques. Alors je vous laisse le soin de faire les calculs. Moi, je sais juste que quoi qu’il arrive, nous devrons gagner là-bas. Nous avons un rendez-vous à assumer". Finalement, les Anglais se sont inclinés et Toulouse a assuré sa première place. Mais quand on s’appelle le Stade toulousain, qu’on est quadruple champion d’Europe et club le plus titré du monde, on ne peut pas s’en contenter… Vous pouvez en être certains : les leaders du Top 14 feront tout pour l’emporter aux Wasps. Question de standing.

Ulster/Biarritz : 9-6 - Jérôme PREVOT

Biarritz est tombé dans le traquenard attendu de Belfast. Évidemment, Monsieur Owen n’aurait pas siffler la dernière pénalité contre une équipe à domicile. Évidemment, à Aguilera, Biarritz aurait eu une pénalité de plus sur ses mêlées qui progressaient. Mais ce n’est pas si grave parce que le BOPB a bien combattu et garde son destin entre ses mains. A Belfast, le traquenard était sportif et c’est tout. Pas de mauvais geste à signaler et surtout une ambiance magnifique, un enthousiasme énorme de 12000 spectateurs qui n’ont pas d’autre sport de haut niveau à se mettre sous la dent. Impossible de ne pas se faire une réflexion quand on se met à la place des plus anciens : les occasions de s’enthousiasmer devaient être si rares avant la création de la Coupe d’Europe…

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |