Henry CHAVANCY - 11.12.2010 - Racing Metro 92 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Coupe d'Europe

Le Racing montre les dents

Le Racing montre les dents

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/12/2010 à 18:40 -
Par Rugbyrama - Le 15/12/2010 à 18:40
Le Racing-Metro a réussi l'exploit de s'imposer sur la pelouse des Saracens lors de la 3e journée de Coupe d'Europe. Un succès historique pour le club francilien, néophyte dans cette compétition, qui lui permet de rester dans la course à la qualification. Il faut maintenant confirmer à domicile.

Le Racing apprend vite, très vite. Pour sa première apparition en Coupe d'Europe, le club du président Jacky Lorenzetti est toujours bien placé dans la course à la qualification, à deux points du Leinster, grand favori de la poule 2, et à un petit point de Clermont. Surtout, les Franciliens ont signé leur premier exploit dès leur troisième match de Coupe d'Europe en s'imposant sur la pelouse des Saracens. Les Londoniens sont pourtant des sérieux clients dans leur stade de Vicarage Road puisqu'ils ne s'y étaient inclinés qu'à deux reprises en H Cup. Mieux, le Racing-Metro est la première formation de l'hexagone à y gagner. Un exploit aux multiples conséquences puisque les coéquipiers de Sébastien Chabal ont, par la même occasion, éliminer les Sarries qui ne peuvent plus prétendre à la qualification après seulement trois journées de Coupe d'Europe. De bon augure avant la revanche programmée ce vendredi à Colombes.

Les Saracens en arbitre ?

En effet, il est légitime de penser que les Saracens ne viendront pas faire la guerre aux Franciliens, même si le capitaine Steve Borthwick veut prétendre à un rôle d'arbitre au sein d'une poule où l'intrigue ne devrait se dénouer que lors de l'ultime journée : "Nos chances étaient déjà maigres avant notre défaite face au Racing et notre objectif s'est porté depuis bien longtemps vers le championnat (les Saracens sont actuellement troisièmes, N.D.L.R). Cela ne veut pas dire que nous allons galvauder les rencontres de la H Cup. Au contraire, nous voulons essayer de les gagner pour nous améliorer. Nous voulons jouer les arbitres". Le Racing est averti et c'est le président Jacky Lorenztti en personne qui a remis les pieds sur terre à tout un club : "Je n'oublie pas qu'il n'y a pas si longtemps, nous nous inclinions à Agen".

Une triplette magique

Mais cette défaite paraît aujourd'hui très loin car le club francilien est maintenant armé pour le très haut niveau avec le retour à la compétition de Juan Martin Hernandez. Il n'est d'ailleurs pas anodin de constater que la victoire face aux Saracens intervient alors que les trois "ouvreurs" - Wisniewski, Steyn, Hernandez - étaient enfin titularisés tous ensemble. Le Racing peut s'appuyer sur trois meneurs de jeu et peu importe le numéro qu'ils ont dans le dos au coup d'envoi. Ensemble, ils peuvent faire des merveilles et faire franchir un nouveau palier à une équipe réputée timide en terme de volume de jeu. Un temps qui semble révolu car le Racing-Metro a des ambitions, autant dans son jeu que dans cette compétition.